La Princesse sous verre – Jean Lorrain – André Cahard

 

 

 

Source : librairie Bertrand Hugonnard-Roche.

 

Un 28 aout, Jean Lorrain écrit cette lettre :

Hôtel Suisse, Genève.

Genève, le 28 Aout 189..

Mon cher ami
en route pour les chateaux du Roi de Bavière, les chateaux ! je ne puis rien vous envoyer, car mon appartement est fermé et mon personnel -(un valet de chambre le seul gardé) en congé pour deux mois,

je ne rentrerai en l’horrible Paris que fin octobre à la dernière extrémité mais je puis écrire à une amie qui a un exemplaire du Conte (car il a paru jadis en livraison dans la Revue Illustrée). de vous communiquer ledit conte

S’il vous plait, j’ai dans mes cartons de quoi compléter, mais cette princesse sous verre est à mon avis (je me mouche pas du pied) la Perle de l’Ecrin

Si fade et si veau froid que soit la Suisse qui fait sa cuisse (c’est du Montesquiou) oh combien je préfère les lacs aux falaises et aux galets les glaciers

Veuillez me mettre aux pieds de Madame Nathanson
votre
Jean Lorrain

Le destinataire de la lettre est sans doute Thadée Nathanson (1868-1951), fondateur de la Revue Blanche.

Cette lettre est passée en vente deux fois, chez Binoche, en 2012 puis en 2015 ; elle a récemment été vendue sur EBay. Dans toutes ces annonces l’année est lue 1892. En pratique ce n’est pas possible ; en effet le conte cité dans la lettre n’a été publié dans la Revue Illustrée que le 1er décembre 1895 – il faudrait lire plutôt 1896 ou 1897…

Comme on le lit, Jean Lorrain tient la Princesse sous verre en haute estime. Ce conte a été publié pour la première fois dans la Revue Illustrée, fin 1895, illustré par André Cahard ; il y sera publié de nouveau, le 20 décembre 1905 et le 5 janvier 1906, sous le titre ‘Roses de Noël’, avec des illustrations de Lubin de Beauvais – cette seconde version étant nettement moins ambitieuse.

Comme assez régulièrement dans la Revue Illustrée, pour les cahiers portant les contributions de prestige, ce conte est publié sur un papier spécifique, sans numérotation, et sur deux cahiers particuliers ; il s’agit ici d’un papier Draeger épais.

Ces cahiers, imprimés à part, l’étaient en nombre suffisant pour pouvoir être commercialisés, ou donnés, de façon séparée ; c’est cette pratique qu’évoque Jean Lorrain dans sa lettre – c’était une pratique courante, notamment au moment des étrennes, que les auteurs demandent à la Revue Illustrée des dizaines d’exemplaires de ces tirages.

Dans ce cas particulier, ce conte a également donné lieu à une publication de luxe, confiée à l’éditeur Tallandier, qui reprend exactement la disposition de la publication dans la Revue Illustrée ; mais sur des papiers différents : cinquante exemplaires de tête sur Japon, et cent-soixante-dix exemplaires sur papier Idéal, avec un emboîtage spécifique.

Le conte sera repris dans le recueil publié en 1901 : « Princesses d’Ivoire et d’Ivresse » ; de façon beaucoup moins luxueuse…

Plus récemment, à l’occasion du Salon du Livre de Rouen, en 2006, l’association Arlinéa et Elisabeth Brunet ont réédité ce conte, sans reproduire la page de titre de Tallandier ; reproduction fidèle de la première publication dans la Revue Illustrée.

Voici la reproduction du la première publication :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici la page de titre de la réédition d’Arlinéa :

princesse_titre_reedition

Et voici comment ce conte a été repris dans Princesses d’Ivoire et d’Ivresse :

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “La Princesse sous verre – Jean Lorrain – André Cahard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s