Accueil

Déjà un an Pierre

Camille Mauclair écrit à Armand Dayot. Doucet réalise un numéro de Noël, en 1913. Il publie des pages d’amour. Sa collaboration au Gil Blas Illustré. Dans la série « Art » de la bibliographie de Doucet : les peintres et graveurs libertins. La Société « les XX » (et un peu de Doucet). Les maîtres anciens, les peintres françaisQuelques estampes. Les chocolats de la Marquise, les Souhaits merveilleux, la grande douleur des sept artistes, et les Princesses d’or et d’Orient. Quelques livres de Didot, reliés en veau glacé. Bibliographie des Éditions Cyral. Puis bibliographie enfantine : les Histoires d’autrefois et d’Aujourd’hui. Les premières éditions de Paul et Virginie. Doucet et son ami François Ferroud. Un exemple de la production de Doucet à la Revue Illustrée. Un autre petit recueil moderne, illustré par Léon Raffin : les choses meurent. Cela faisait longtemps : un article sur une publication de Didot ! Voici Danses, illustré par Louis Fuchs, qui prolonge Douze sonnets, un recueil à la forme très étudiée. Le portrait de Vimar. L’avis de Doucet sur les demi-reliures – et ce n’est pas un demi-avis ! Comment le travail d’un illustrateur – Louis Châlon – est trahi par la publication. Un nouveau pseudonyme de Doucet : Builder. Doucet nous donne son avis sur l’édition de bibliophilie.

Le début de recensement des livres ayant appartenu à Doucet. Sans oublier la Villa du Bonheur, la maison de Doucet.  A lire : sur la Chanson des Choses, détail : comment Doucet passe de la Revue au Livre.  Et toujours quelques portraits de famille.
Important dans un autre genre : la céramique : après les Signatures de Sèvres , voici quelques contre-exemples en image.

bandeau

Ce site reprend les articles publiés sur différents autres blogs bibliophiles ; dans de rares cas la version reprise ici est légèrement mise à jour. Les thèmes abordés sont les illustrés modernes, Didot, Doucet et certains exemplaires remarquables. J’y rajoute des articles plus détaillés, notamment sur Jérôme Doucet.
Publicités