Bibliographie des éditions Pelletan : L’Almanach du Bibliophile.

Dans la lignée de ses premières brochures, parallèlement aux éditions annoncées, Édouard Pelletan entreprend de publier un Almanach du Bibliophile, publication « annuelle », dans laquelle il présentera certains sujets d’actualité, des chroniques sur la bibliophilie, et également, ses propres publications. Au fil du temps, il fera place à des articles plus généraux, en lien avec la philosophie positiviste d’Auguste Comte.

L’Almanach paraîtra six fois – et au fil du temps se décalera de plus en plus – la sixième année, datée 1903, sera achevée d’imprimer le 29 mai 1905…

1898. Bellery-Desfontaines.

Le premier Almanach est publié en 1898 ; les illustrations sont confiées à Bellery-Desfontaines (son prénom est Henri, mais ce n’est pas Pelletan qui nous l’apprend – il n’est jamais indiqué dans l’Almanach), et gravées par Froment (de même, prénom non indiqué, ce qui est plus gênant, puisque Pelletan emploie le père, Eugène, mais aussi le fils, Émile. Ici, c’est le père.). Son tirage annoncé est de 1200 exemplaires, dont 100 sur chine – mais ces exemplaires sur chine n’auront sans doute pas le succès escompté, et Pelletan en tiendra compte les années suivantes. L’almanach de l’année 1901 indique le tirage définitif et les prix de la première année :

  • 25 exemplaires sur chine fort, texte réimposé, avec une suite à part (papier non précisé, il semble exister des exemplaires sur chine, d’autres sur japon), avant la lettre, à 50 francs, portés ensuite à 80 francs ;
  • 25 exemplaires sur chine fort, texte réimposé, sans suite, à 30 francs, portés ensuite à 40 francs ;
  • 1100 exemplaires « sur beau papier », à 10 francs.

La justification ne mentionne pas d’autres exemplaires ; il existe un « exemplaire unique », contenant les dessins originaux de Bellery-Desfontaines, tiré au format in-4° (23 cm sur 32 cm), pour Adolphe Bordes, qui finance Pelletan et à qui sont destinés les premiers exemplaires de chaque publication ; plus un second exemplaire de tête, sans doute pour Pelletan lui-même.

Les exemplaires Bordes de 1898 et 1899 sont passés en vente en 2000, leur description est donnée dans cet article. L’exemplaire de l’année 1902 est détaillé plus bas.

Le format des exemplaires sur chine est de 15 cm sur 21 cm ; la suite est en feuilles au format 18 cm sur 25 cm, sous portefeuille au même format ; les exemplaires courants mesurent (environ) 14 cm sur 20 cm.

Il est indiqué, dans le catalogue Pelletan, la présence de six collections d’épreuves d’artiste, au prix de 50 francs – pour toutes les années sauf 1898.

C’est un volume de VI – 276 pages, suivies du catalogue des éditions d’Art – Édouard Pelletan, sur 16 pages, sur le même papier mais dans un format plus petit (14 cm sur 19 cm), en un seul cahier collé avant la deuxième couverture. L’almanach est imprimé par la Société Typographique de Châteaudun, l’achevé d’imprimer est daté du 31 mai 1898 – aucune information n’est fournie pour le catalogue.

L’almanach s’ouvre sur une citation de Pelletan, sous un fleuron imprimé en deux couleurs, de Bellery-Desfontaines :

source : BM Lisieux.
Le véritable luxe d'un livre doit s'entendre de la supériorité de l'œuvre écrite, de la beauté de l'illustration, de l'appropriation de la typographie, de la perfection du tirage, de la qualité du papier et du nombre limité des exemplaires.

Le contenu détaillé est donné en annexe, à la fin de l’article. L’Almanach se compose de trois parties :

  • une série d’articles généraux sur la bibliophilie,
  • Dans une seconde partie, une Liste des Sociétés de bibliophiles,
  • Dans une troisième partie, est traitée l’Année théâtrale et bibliographique, avec les Premières théâtrales, suivies de la Revue Bibliographique de l’année 1897.

Dans la partie bibliophilique, Clément-Janin donne son avis sur les publications de l’année écoulée – de Pelletan, et des autres éditeurs ; il n’est pas tendre, et pourrait être soupçonné de subjectivité. Cette rubrique, au fil des ans, donnera lieu à polémiques et attaques, notamment de Charles Meunier et de Louis Morin.

L’illustration, entièrement de la main de Bellery-Desfontaines, comprend :

  • une marque typographique, sur la couverture, et la page de titre, en deux tons ;
  • un fleuron, sur une page préliminaire, et sur la quatrième de couverture, en deux tons ;
  • une composition (encadrement) à pleine page pour les quatre calendriers trimestriels ;
  • douze vignettes d’en-tête, pour chacun des mois ;
  • de nombreuses petites vignettes, utilisées en cul-de-lampe, ou en séparation du texte.

La marque typographique, une femme tenant une lyre, ne sera pas réutilisée.

source : BM Lisieux.

Par contre le fleuron, un vieillard ailé tenant une faux (symbolisant le Temps), figurera sur la quatrième de couverture de toutes les autres années, à l’exception de 1902 ; et également en frontispice des catalogues insérés dans ses éditions.

1899. Florian.

Pour ce second numéro, Pelletan fait appel à « Florian » (comme à son habitude, il ne nous donne pas le prénom ; il s’agit certainement de Frédéric, et pas de son plus jeune frère Ernest…), qu’il emploie déjà comme graveur ; ici, c’est à la fois comme dessinateur et comme graveur que Florian intervient – ce sont donc des gravures originales (gravées par le dessinateur lui-même, et pas interprétées par un autre intervenant). C’est à souligner, Pelletan étant un ardent défenseur de la gravure d’interprétation ; le seul autre cas sera Paul-Émile Colin ; même Steinlen, habile graveur, sera interprété – ce qui sera vivement reproché à Pelletan.

La couverture reprend une composition classique, avec une vignette en deux couleurs, dans un cadre très travaillé – mais nous sommes en 1900 : l’Art Nouveau, avec ses formes typiques, vient moderniser ce cadre archaïsant.

Les formats et papiers étant inchangés sur toutes les années, seules la justification et les prix de vente évoluent :

  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, texte réimposé, avec un tirage à part, à la presse, des 38 gravures, sans la lettre, à 60 francs, portés ensuite à 80 francs ;
  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, texte réimposé, sans suite, à 35 francs, portés ensuite à 40 francs ;
  • neuf cent cinquante exemplaires courants (sur « beau papier »), à 10 francs.
à gauche la suite des gravures sur chine, sous portefeuille.

C’est un volume de 289 pages, puis un feuillet portant la justification, suivies du catalogue des éditions d’Art – Édouard Pelletan, sur 18 pages, sur le même papier. L’almanach est imprimé par la Société Typographique de Châteaudun, l’achevé d’imprimer est daté du 15 septembre 1899.

Le contenu détaillé est donné en Annexe.

Certains de ces textes sont plus importants que d’autres : ainsi, le texte de Georges Vicaire, la bibliothèque d’Eugène Paillet, bénéficiera d’un tirage à part. De même, la chronique de Clément-Janin accentue encore, si possible, la fracture entre Pelletan et les éditeurs traditionnels : Clément-Janin compare les éditions passées, dont celles de Pelletan (y compris le premier Almanach…), aux autres publications, et c’est toujours à l’avantage de Pelletan…

Le thème choisi pour l’illustration est les quais de Paris, et notamment leurs bouquinistes. Elle comporte, outre la couverture, quatre hors-texte pour les saisons, douze grandes vignettes pour les mois, douze lettres ornées (signes du zodiaque), douze culs-de-lampe, représentant des vues de Paris ou des groupes de bibliophiles, et un bandeau sur la page de titre (la Seine vue du Pont-Royal).

Les bibliophiles et libraires portraiturés sont :

  • janvier : quelques bouquinistes non identifiés,
  • avril : Lucien Gougy, Porquet, Durel,
  • juin : Eugène Paillet,
  • Août : Louis Barthou, Félix Lesueur, le baron de Claye, Adolphe Bordes,
  • Septembre : Marius-Michel et Carayon,
  • Octobre : Georges Lamouroux, Georges Vicaire et Clément-Janin.
Barthou, Lesueur, d’Eylac, Bordes.

Il s’agit de personnes proches de Pelletan ; on retrouvera ces noms comme auteurs, dans l’Almanach, ou comme destinataires, sur les exemplaires de présent, ou sur les exemplaires de tête des publications d’Édouard Pelletan.

1899. Tirage à part : La bibliothèque d’Eugène Paillet.

La même année, Pelletan édite un tiré à part de l’Almanach 1899 : l’article de Georges Vicaire, sur la bibliothèque d’Eugène Paillet.

C’est un volume in-12 (15 cm sur 22 cm) de (14) – 48 (12) pages, sous couverture verte, imprimé sur vélin d’Arches, par la Société Typographique de Châteaudun – l’achevé d’imprimer est daté du 17 juillet 1899. La composition d’origine de l’Almanach est conservée – c’est vraiment un tiré à part. Par contre l’ornementation est différente : le portrait d’Eugène Paillet, par Florian, placé en cul-de-lampe dans l’Almanach, est ici placé en frontispice. Les autres gravures sont les ex-libris de Paillet, le premier inséré avant le faux-titre, le second comme lettrine de début de texte, le troisième comme cul-de-lampe à la dernière page du texte, plus un bandeau décoratif, en tête de la première page.

L’ouvrage est tiré à 100 exemplaires, qui n’ont pas été mis dans le commerce – aucun prix de vente n’est indiqué. L’achevé d’imprimer est daté du 17 juillet 1899, par la Société Typographique de Châteaudun.

1900 – Steinlen.

Ce troisième opus est contemporain de l’Exposition Universelle ; et Pelletan, dans son texte de présentation, explique le retard de la publication par la nécessité de l’évoquer dans cet Almanach – l’achevé d’imprimer sera donc (très) tardif : le 12 juillet 1901 !

Pelletan, dans ce même texte, annonce les illustrateurs prévus pour les années suivantes : Daniel Vierge, Dunki, Grasset, Léandre, Willette, et le principe de laisser libres ces illustrateurs :

Aux artistes, la même liberté est laissée. Chacun élit le thème qui lui plaît. Aujourd’hui, Steinlen développe celui du Travail, et les ouvriers en labeur d’Exposition lui ont fourni des motifs dont l’intérêt d’art se double de celui du souvenir. Les années suivantes, Vierge nous promènera parmi les paysages brûlés des Sierras, Duni évoquera les scènes militaires où il excelle, Grasset, Léandre, Willette, apporteront leur note particulière de haute décoration, de spirituelle satire, de grâce sensuelle et naïve.

Nous verrons qu’il y aura des changements importants.

C’est un volume de 294 pages, puis un feuillet portant la justification, suivies du catalogue 1901 des éditions d’Art – Édouard Pelletan, sur 26 pages, sur le même papier. L’almanach est imprimé par l’Imprimerie Nationale – et non plus la Société Typographique de Châteaudun -, l’achevé d’imprimer est daté du 12 juillet 1901, comme indiqué. La justification est la même que l’année précédente :

  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, texte réimposé, avec un tirage à part, à la presse, des 38 gravures, sans la lettre, à 80 francs ;
  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, texte réimposé, sans suite, à 40 francs ;
  • neuf cent cinquante exemplaires courants (sur « beau papier »), à 12 francs.

L’illustration est détaillée en annexe 2. Elle est composée de trente-trois compositions, en noir (sauf la couverture, imprimée en noir et rouge, et la vignette de la page 1, imprimée en noir et orangé). La gravure est due aux « deux Froment » : le père et le fils, et non pas Steinlen, pourtant excellent graveur.

gallica.bnf.fr

Pelletan termine son introduction pour annoncer le volume de l’année suivante :

Le prochain Almanach traitera de l‘Intelligence au XIXe siècle. Il sera décoré de trente compositions en couleur de M. Eugène Grasset. Nous pouvons assurer qu’il se fera moins attendre que celui-ci, dont nous prions le public d’excuser la tardive apparition.

L’almanach 1900 est achevé d’imprimer le 12 juillet 1901, soit avec 18 mois de retard. Nous allons voir que l’Almanach 1901 fera pire, malgré la promesse de Pelletan.

1900. Tirage à part : La Société des Bibliophiles François.

La même année, Pelletan édite un tiré à part de l’Almanach 1900 : l’article de Georges Vicaire, sur la Société des Bibliophiles François.

Je n’ai pas eu ce volume entre les mains. On peut, par analogie avec le tirage à part précédent, supposer que c’est un volume in-12 (15 cm sur 22 cm). L’article lui-même comporte 60 pages, sans doute précédées et suivies de feuillets non paginés.

L’ouvrage, rare, est tiré à un nombre réduit d’exemplaires (peut-être cent, comme pour le premier tiré à part ?) qui n’ont pas été mis dans le commerce – aucun prix de vente n’est indiqué.

1901 – Grasset.

couverture. Toutes les images 1901 : source Gallica.bnf.fr

Cette nouvelle édition de l’Almanach est confiée à Eugène Grasset pour l’illustration ; ses compositions en couleurs seront gravées sur bois, en deux ou trois couleurs, par Émile Froment. C’est un changement notable pour Pelletan : la couleur est en effet, depuis le début, peu aimée de Pelletan. Voici ce qu’il en dit dans la deuxième lettre aux Bibliophiles :

UN LIVRE EST DU NOIR SUR DU BLANC. [..] De cet énoncé découlent immédiatement deux conséquences. D’abord, la proscription, en principe, des encres diversement colorées, vertes, jaunes, rouges ou bleues, employées parfois sous prétexte de symbolisme. A l’exception des lettres capitales […] le bariolage doit être sévèrement proscrit des ouvrages d’art. Ensuite, la décoration de la page, dans le texte, doit être, comme celui-ci, également noire. Introduire parmi les caractères, des taches ou des lignes de couleur, rompt l’harmonie et l’homogénéité de la page. [..] Je ne vais pas jusqu’à prétendre que l’emploi de la couleur doit être rigoureusement exclu. On peut admettre [..] les à-plats dans les bordures et dans les hors-texte, mais ce contre quoi on ne saurait trop s’élever, c’est la macédoine de caractères et de couleurs par laquelle certains éditeurs ont cru chatouiller la fantaisie des bibliophiles.

A vrai dire, Pelletan avait déjà publié, avant cet Almanach, quelques livres illustrés en couleurs, dont un livre illustré par Grasset : Le Procurateur de Judée, d’Anatole France, achevé d’imprimer le 31 décembre 1902 – soit près de six mois avant l’Almanach 1901, achevé d’imprimer le 12 juillet 1903 !

Pelletan, dans la préface de l’Almanach, présente cette (presque) nouveauté (pour lui) :

La partie décorative de l’Almanach est due à M. Eugène Grasset, qui a exécuté trente compositions, gravées sur bois par M. Émile Froment, en deux ou trois couleurs. M. Grasset a adopté une formule simplifiée et rigoureusement typographique ; nul étonnement n’en peut venir à qui sait combien la destination de son œuvre a toujours été la préoccupation constante du grand artiste.
Mais ce qui ne cesse pas de surprendre, c’est la variété ingénieuse, l’érudition légère où se dissimule parfois une intention malicieuse (voyez les allégories des six gouvernements), enfin l’équilibre harmonieux de ces compositions, où tout est réparti, forme et couleurs, avec un sens extraordinaire de la décoration. [..]
La formule de ces compositions en couleurs est nettement différente de celle dont Grasset s’est servi dans Le Procurateur de Judée. Nous laissons aux bibliophiles le plaisir de faire les rapprochements instructifs, qui montreront comment on peut être typographique et plein, avec des applications différentes de la couleur dans le livre.

C’est un volume de 342 pages, plus un feuillet portant la justification, suivies du catalogue 1903 des éditions d’Art – Édouard Pelletan, sur 36 pages (numérotées jusqu’à 33 après 4 pages non numérotées)), sur un papier de moins bonne qualité. L’almanach est imprimé par l’Imprimerie Nationale, l’achevé d’imprimer est daté du 12 juillet 1903.

  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, texte réimposé, avec un tirage à part, à la presse, des 38 gravures, sans la lettre, à 80 francs ;
  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, texte réimposé, sans suite, à 40 francs ;
  • huit cent cinquante exemplaires courants (sur « beau papier »), à 13 francs – soit cent exemplaires de moins que l’année précédente : Pelletan a-t-il senti une petite désaffection ?

Le thème de cette année est la Science ; plusieurs articles montrent son appartenance au courant positiviste, notamment celui de juin, de Gabriel Séailles, et bien sûr celui de juillet, sur Auguste Comte, d’Émile Corra.

Le contenu détaillé est donné en annexe, ainsi que le détail des trente compositions – qui constituent un total de trente-quatre illustrations ; mais la couverture reprend la gravure de la page 1; et le calendrier est une seule gravure utilisée quatre fois.

vignette de la page 5 : Le Premier Empire.

1902. Paul-Émile Colin.

En 1904 (bien que daté 1902…) Pelletan confie l’Almanach à Paul Colin, qu’il présente dans sa préface :

M. Paul Colin est arrivé à l’art par la médecine.[…] un jour vint où l’homme de science le céda à l’artiste. Ce jour-là, le Dr Colin alla tout droit au mode d’expression à la fois le plus naïf et le plus difficultueux. Il s’improvisa graveur sur bois au canif. Il entailla le buis avec la serpette d’un couteau de poche, à la manière de nos vieux imagiers […]. Parmi les graveurs contemporains, M. Paul Colin mérite de prendre une place importante, non pour ce qu’il sait du métier, mais pour ses hautes qualités de sincérité, de volonté et d’émotion. Il y en a de plus adroits, il n’y en a pas de plus probes ; il y en a de plus brillants, il n’y en a pas de plus sérieux […]

Cette année, le thème retenu est la Terre et les Travaux des hommes ; notamment traité par Anatole France, qui évoque Hésiode, et Jules Renard ; et également par Émile Corra dans un article positiviste. La partie bibliophilique voit la querelle entre Clément-Janin et Louis Morin s’envenimer. Un article important va bénéficier d’un tirage à part : la Chanson des Gueux au Palais, écrit par Arthur Christian, par ailleurs directeur de l’Imprimerie Nationale, qui imprime l’ouvrage.

L’illustration de Paul Colin est composée de trente-et-un bois originaux, tirés en noir :

  • la couverture, en noir sur papier gris bleu foncé ;
  • 17 hors-texte ;
  • 12 culs-de-lampe ;
  • la quatrième de couverture.
les bonnes pommes, en quatrième de couverture.

Le détail des illustrations est donné en annexe.

C’est un volume de 284 pages, plus un feuillet portant la justification, suivies du catalogue 1904 des éditions d’Art – Édouard Pelletan, sur 48 pages (numérotées jusqu’à 46 après 4 pages non numérotées), sur un papier différent (plus jaune) mais de même qualité. L’almanach est imprimé par l’Imprimerie Nationale, l’achevé d’imprimer est daté du 20 mars 1904.

  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, avec un tirage à part, à la presse, des 31 gravures, sans la lettre, à 80 francs ;
  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, sans suite, à 40 francs ;
  • huit cent cinquante exemplaires courants (sur « beau papier »), à 12 francs.

Les dessins originaux de Paul-Émile Colin ont été joints à l’exemplaire d’Adolphe Bordes. Cet exemplaire hors justification est connu ; voici sa description.

1902. Paul-Émile Colin : exemplaire d’Adolphe Bordes.

L’exemplaire est imprimé sur papier vélin qui pourrait être d’Arches (mais non filigrané, donc origine inconnue..), très épais, légèrement teinté (couleur crème). Le livre est réimposé au format in-4°, en feuilles, de dimension 22,5 cm sur 31,5 cm (alors que le tirage courant mesure 14,5 cm sur 20 cm, et que le tirage sur chine mesure 14,5 cm sur 20,5 cm).

exemplaire Bordes et exemplaire du tirage courant.

La justification indique « exemplaire unique / IMPRIMÉ POUR / MONSIEUR ADOLPHE BORDES ». C’est la seule différence avec les autres tirages.

L’exemplaire est accompagné de :

  • une collection des fumés, état définitif, de toutes les illustrations. Il est indiqué qu’il n’existe que deux collections.
  • une collection des fumés, états successifs avant l’état définitif, soit 48 gravures. Elle est indiquée comme collection unique.
  • Tous les dessins originaux de Paul-Émile Colin.

Le tout est présenté dans un emboîtage, aux couleurs de l’Almanach, de 8 cm sur 24 cm sur 34,5 cm.

Les fumés sont tirés sur un papier couché, assez fin, de 20 cm sur 26,5 cm. Les dessins sont réalisés sur papier dessin genre Canson, de 25 cm sur 32,5 cm. Ces papiers sont bruns, sauf 9 : 3 blancs et 6 bleus. Ces dessins sont réalisés au fusain noir ; la plupart sont réhaussés de blanc ; quelques uns sont réhaussés aux fusains de couleur (notamment vert). les 3 dessins sur papier blanc sont au crayon noir.

Les dessins sont plus grands, en général au double, que les gravures : la taille d’un dessin pour hors-texte est de 18 cm sur 27,5 cm alors que le hors-texte mesure 9 cm sur 13,5 cm. De même une vignette mesure 16,5 cm sur 10,5 cm ; la gravure correspondante mesure 8 cm sur 55 cm.

1902. Tirage à part : La Chanson des Gueux au Palais.

Arthur Christian était tout désigné pour rédiger cet article : directeur de l’Imprimerie Nationale, en charge de l’impression de l’Almanach, il avait été l’avocat de Richepin lors du fameux procès de 1876.

Un tiré à part de son étude est réalisé, à l’Imprimerie Nationale, sur papier vergé. Les exemplaires sont normalement numérotés, L’ouvrage est tiré à un nombre inconnu d’exemplaires qui n’ont pas été mis dans le commerce – aucun prix de vente n’est indiqué. La plupart des exemplaires portent un envoi de Pelletan ou de Christian.

Il s’agit d’un livre au format in-4°, de 13,5 cm sur 20 cm, sous couverture de papier vert, comme les livres « hors bibliophilie » de Pelletan. Il comporte 6 pages non numérotées, 38 pages, quatre pages non numérotées. Le livre est illustré de dix compositions de Steinlen, dont un frontispice, portant la dédicace « A maître Arthur Christian / défenseur de Richepin / cordial hommage de / Steinlen », quatre vignettes en tête de chapitre, et cinq petites compositions in-texte ou en cul-de-lampe, figurant les têtes des protagonistes. Ce n’est donc pas un tiré à part – c’est véritablement une nouvelle édition, avec une nouvelle mise en page. Il n’y a pas d’achevé d’imprimer – seulement l’indication « imprimé à l’Imprimerie Nationale ».

gallica.Bnf.fr

A la fin se trouve le prospectus de parution de la Chanson des Gueux, indiqué à paraître en Octobre 1904, sur le même papier. L’ouvrage n’est pas rare, il a pu être distribué plus largement que les deux premiers tirés à part, pour la promotion de la Chanson des Gueux.

1903. Dunki.

Pour cette sixième et dernière année, Pelletan a choisi Dunki, pour illustrer un ouvrage consacré à Genève. Ce n’est pas l’aspect touristique qui l’a attiré, mais la « terre de liberté », qui sera détaillée dans les articles de l’almanach, illustré par un artiste suisse : Louis Dunki est né en 1856 à Genève ; il y mourra en 1915. Pour Pelletan, Dunki a déjà illustré plusieurs ouvrages : les petits Contes à ma sœur, de Moreau, ainsi que Servitude et Grandeur militaires.

gallica.bnf.fr

Le livre comporte cette année 304 pages, suivies du catalogue (non daté) des Éditions Pelletan – imprimé sur un papier de mauvaise qualité ; il est imprimé par l’Imprimerie Nationale, l’achevé d’imprimer étant daté du 29 mai 1905. Le tirage est toujours de neuf cents exemplaires, dont cinquante sur chine. Les quarante sept compositions de Dunki ont été gravées par Léon Perrichon :

  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, avec un tirage à part, à la presse, des 31 gravures, sans la lettre, à 80 francs ;
  • vingt-cinq exemplaires sur chine fort, sans suite, à 40 francs ;
  • huit cent cinquante exemplaires courants (sur « beau papier »), à 13 francs.

Dunki réalise quarante-sept illustrations :

  • la couverture,
  • quatre hors texte (un par saison),
  • douze en-tête et douze culs-de-lampe (un par mois),
  • dix-huit portraits, insérés en lettrine dans le texte.

Annexe : contenu détaillé des éditions.

1898.

Voici le contenu détaillé :

  • pages 1-VI : avant-propos, signé par Pelletan, dans lequel il revient (encore) sur sa conception de la bibliophilie et justifie ses choix.
  • Janvier : la Vie à Paris, par Jules Clarétie.
  • Février : du Poëme dans le drame musical, par Catulle Mendès, suivi de Nouveau Théâtre, par Émile Bergerat.
  • Mars : la reliure en 1897, par d’Eylac.
  • Avril : l’Impressionnisme, par Gabriel Séailles.
  • Mai : les snobs, par Jules Lemaître (discours lu à la séance publique annuelle des cinq Académies).
  • Juin : Les Sociétés de Bibliophiles, par Pierre Dauze.
  • Juillet : Vues générales sur le mouvement poétique en France, par Sully Prudhomme.
  • Aout : l’ancienne bibliothèque Sainte-Geneviève, par G. Lamouroux.
  • Septembre : Antisémitisme, par Anatole France (texte extrait de Histoire contemporaine).
  • Octobre : les éditions de bibliophiles, par Clément-Janin.
  • Novembre : Monsieur Joseph, par Octave Mirbeau, suivi par Les ventes de livres en 1897, par Georges Vicaire.
  • Décembre : Le duc d’Aumale – Henri Meilhac – Alphonse Daudet, par Gustave Larroumet.

Suivent quelques textes non rattachés à un mois :

  • notules nécrologiques, par F.D.
  • Du marbre pour Vigny, par E.-M. de VOGÜÉ.

Puis une seconde partie : Listes des Sociétés de bibliophiles. Dans cette partie sont indiqués les noms des membres des Sociétés suivantes :

  • Société des Bibliophiles François
  • Société des Amis des Livres
  • Les Cent Bibliophiles
  • Société des Bibliophiles Bretons
  • Société des Bibliophiles de Guyenne
  • Société des Bibliophiles Lyonnais
  • Société des Bibliophiles Normands
  • Société Normande du Livre Illustré
  • Société Rouennaise des Bibliophiles
  • The Bibliographical Society de Londres
  • Grolier Club

Dans une troisième partie, est traitée l’Année théâtrale et bibliographique, avec les Premières théâtrales, suivies de la Revue Bibliographique de l’année 1897.

1899.

Voici le contenu détaillé :

  • sans titre : introduction au volume, par É. P. (Édouard Pelletan).
  • Janvier : les bouquinistes et les quais, par Anatole France.
  • Février : le quartier Notre-Dame, par J.-K. Huysmans.
  • Mars : la bibliothèque Mazarine, par Georges Lamouroux.
  • Avril : l’ancienne Sorbonne et le vieux Quartier Latin, par Gustave Larroumet.
  • Mai : la librairie nouvelle, par Jules Clarétie.
  • Juin : la bibliothèque d’Eugène Paillet, par Georges Vicaire.
  • Juillet : la société des Amis des Livres, par le Bibliographe F.D (Fernand Drujon).
  • Aout : les éditions de bibliophiles, par Clément-Janin.
  • Septembre : la reliure, de 1799 à 1899, par d’Eylac (le baron de Claye).
  • Octobre : le marché du livre, par Pierre Dauze.
  • Novembre : notules nécrologiques.
  • Décembre : Puvis de Chavannes, par Gabriel Séailles.

Comme pour la première année, une seconde partie de bibliographie suit :

  • Listes des Sociétés de Bibliophiles.
  • Revue bibliographique de l’année 1898
  • les Premières théâtrales à Paris en 1898

1900.

Voici le contenu détaillé :

  • le Travail, de Sully-Prudhomme ;
  • Janvier : le Petit Palais, par Anatole France ;
  • Février : le Grand Palais, par Maurice Hamel ;
  • Mars : le Pont Alexandre, par Édouard Pelletan ;
  • Avril : la rue des Nations et la rue de Paris, par Jules Clarétie ;
  • Mai : la reliure à l’Exposition de 1900, par Henri Beraldi ;
  • Juin : les rétrospectives du Livre à l’Exposition de 1900, par Clément-Janin ;
  • Juillet : l’Exposition de 1900, par André hallays ;
  • Aout : Anatole France, poète, par Gustave Larroumet ;
  • Septembre : la bibliothèque Guyot de Villeneuve, par d’Eylac ;
  • Octobre : le marché du Livre, par Pierre Dauze ;
  • Novembre : les éditions de Bibliophiles, par Clément-Janin ;
  • Décembre : la Société des Bibliophiles François, par Georges Vicaire – article important, qui donnera lieu à un tiré à part.

La seconde partie de bibliographie traite de :

  • liste des Sociétés de Bibliophiles :
    • Société des Bibliophiles François ;
    • Société des Amis des Livres ;
    • Les Cent Bibliophiles ;
    • Les XX ;
    • Société de Propagation des Livres d’Art ;
    • Société des Bibliophiles Bretons ;
    • Société des Bibliophiles de Guyenne ;
    • Société des Bibliophiles Lyonnais ;
    • Société des Bibliophiles Normands ;
    • Société Normande du Livre Illustré ;
    • Société Rouennaise des Bibliophiles
  • L’année théâtrale.

1901.

Voici le contenu détaillé :

  • La Science, sonnet de Sully-Prudhomme.
  • Janvier : La poésie française au XIXe siècle du point de vue de la pensée, par M. J.-A. Coulangheon.
  • Février : L’Art français au XIXe siècle, par M. Gustave Geffroy.
  • Mars : La critique, par M. Maurice Hamel.
  • Avril : Sur l’Histoire du XIXe siècle, par M. Anatole France.
  • Mai : La Science, par M. Berthelot.
  • Juin : La Philosophie française au XIXe siècle, par M. Gabriel Séailles.
  • Juillet : L’œuvre d’Auguste Comte, par M. Emile Corra.
  • Août : une supercherie littéraire, par M. Gustave Larroumet.
  • Septembre : Les éditions de Bibliophiles, par M. Clément-Janin.
  • Octobre : Un siècle de ventes publiques, par M. Pierre Dauze.
  • Novembre : Ex-libris, par M. E. de Crauzat.
  • Décembre : Les disparus : Eugène Paillet, par M. D’eylac ; Ary Renan, par M. Michel Bréal.
  • L’année théâtrale.

1902.

Voici le contenu détaillé :

  • Avant-propos, d’Édouard Pelletan.
  • la Terre, par Anatole France.
  • Labours, poésie par M. Auguste Lapaire.
  • Semailles, poésie par M. Auguste Lapaire.
  • Moissons, poésie par M. Auguste Lapaire.
  • Battage, poésie par M. Auguste Lapaire.
  • Janvier. la Journée, par M. Anatole France.
  • Février. Le Paysan – Germinal et Floréal, par M. Émile Corra.
  • Mars. Légendes de la Terre : la source. La folle avoine. La charrue, par M. Émile Lapaire.
  • Avril. le miracle de Saint Gwénolé, par M. Laurent Tailhade.
  • Mai. Ombres : les moissons de Bretagne. Le lai de la vielle et du lin, par MM. Jérôme et Jean Tharaud.
  • Juin. Choses vraies : la mort de Brunette. Les sabots. La mère, par M. Jules Renard.
  • Juillet. La peinture de paysage, par M. Gabriel Séailles.
  • Août. La Chanson des Gueux au Palais, par M. Arthur Christian.
  • Septembre. Les éditions de Bibliophiles et la Deuxième à M. Louis Morin, par M. Clément-Janin.
  • Octobre. Les ventes en 1901, par M. Pierre Dauze.
  • Novembre. La société des Bibliophiles Lyonnais, par M. Édouard Pelletan.
  • Décembre. Les disparus : M. de la Germonière, M. Georges Pochet, MM. Bourdery, Noël et Piet, P. Cazin, Henry Fouquier.
  • Deuxième partie : une nouvelle société : le Livre contemporain.
  • Troisième partie : l’année théâtrale.

1903.

Voici le contenu détaillé :

  • Avant-propos.
  • Janvier: Genève, terre de liberté, par M. Jules Clarétie.
  • Février : l’Escalade, par /. Anatole France.
  • Mars : Coup d’œil sur l’histoire de la république de Genève, par M. Henry Fazy.
  • Avril : Agrippa d’Aubigné, par M. Hyacinthe Loyson.
  • Mai : les Frères ennemis, par MM. Jérôme et Jean Tharaud.
  • Juin : les collections artistiques privées de Genève, par M. Jules Crosnier.
  • Juillet : La Bibliothèque publique et les bibliothèques particulières à Genève, par M. Alfred Cartier.
  • Août : les Sciences à Genève, par M. Emile Young.
  • Septembre : Une visite de Bonaparte au collège de Calvin, par M. Charles Borgeaud.
  • Octobre : Les Editions de Bibliophiles, par M. Clément-Janin.
  • Novembre : Le Marché du Livre, par M. Pierre Dauze.
  • Décembre : l’Exposition de la gravure sur bois, par M. Clément-Janin?
  • Deuxième partie : l’année théâtrale.

Annexe 2 : détail des illustrations des éditions 1900, 1901, 1902.

1900.

Voici le détail des illustrations :

gallica.bnf.fr
  • la couverture, entièrement dessinée par Steinlen, et imprimée en noir (dessin et partie du texte) et rouge (texte) : le Travail.
  • page 1 : vignette à demi-page, imprimée en noir et orangé : l’Humanité fragile a fait ses destinées.
  • page 3 : hors-texte, en noir : le Bois.
  • page 4 : calendrier du premier trimestre : deux bandeaux (train).
  • page 5 : hors texte, en noir : la Pierre.
  • page 6 : calendrier du second trimestre : répétition des deux bandeaux.
  • page 7 : hors texte, en noir : le Fer.
  • page 8 : calendrier du troisième trimestre : répétition des deux bandeaux.
  • page 9 : hors texte, en noir : la Houille.
  • page 10 : calendrier du quatrième trimestre : répétition des deux bandeaux.
  • page 11 : Janvier. Hors texte, en noir, texte en rouge : la Grève des charpentiers.
  • page 18, cul-de-lampe, en noir : Construction d’un dôme.
  • page 19 : Février. Hors texte, en noir, texte en rouge : le Trottin.
  • page 38 : cul-de-lampe, en noir : Travaux du métropolitain.
  • page 39 : Mars. Hors texte, en noir, texte en rouge : les Terrassiers.
  • page 46 : cul-de-lampe, en noir : Les fermes métalliques.
  • page 47 : Avril. Hors texte, en noir, texte en rouge : les premières violettes
  • page 58 : cul-de-lampe, en noir : L’échafaudage.
  • page 59 : Mai. Hors texte, en noir, texte en rouge : Idylle au faubourg;
  • page 72 : cul-de-lampe, en noir : Un banc de quartier.
  • page 73 : Juin. Hors texte, en noir, texte en rouge : Les Laveuses.
  • page 86 : cul-de-lampe, en noir : Scène de grève.
  • page 87 : Juillet. Hors texte, en noir, texte en rouge : .Le 14 Juillet.
  • page 100 : cul-de-lampe, en noir : Construction.
  • page 101 : Août. Hors texte, en noir, texte en rouge : La Porteuse de pain.
  • page 116 : cul-de-lampe, en noir : Le vieux cheval.
  • page 117 : Septembre. Hors texte, en noir, texte en rouge : .Les Chemineaux.
  • page 134 : cul-de-lampe, en noir : Chalands sur la Seine.
  • page 135 : Octobre. Hors texte, en noir, texte en rouge : La petite Blanchisseuse
  • page 148 : cul-de-lampe, en noir : La Fonderie.
  • page 149 : Novembre. Hors texte, en noir, texte en rouge : .A la sortie de l’atelier.
  • page 174 : cul-de-lampe, en noir : Le Palais de l’Industrie.
  • page 175 : Décembre. Hors texte, en noir, texte en rouge : Sortie d’atelier.

1901.

Les trente compositions sont les suivantes :

  • la couverture, en noir et rouge sur papier bleu gris ;
  • Page 1 : l’Intelligence, composition à mi-page, en noir, reprenant la figure de la couverture, en tête du sonnet de Sully-Prudhomme, La Science.
  • page 3 : hors-texte en couleurs, La Poésie, gravure en quatre couleurs.
  • page 4 : calendrier du premier trimestre, gravure en deux couleurs.
  • page 5 : Janvier. le premier Empire, vignette en deux couleurs.
  • page 53 : Le Verseau, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 54 : Février. La Restauration, vignette en deux couleurs.
  • page 65 : Les Poissons, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 66 : Mars. La Monarchie de Juillet, vignette en deux couleurs.
  • page 83 : Le Bélier, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 85 : hors-texte en couleurs, L’Histoire, gravure en quatre couleurs.
  • page 86 : calendrier du second trimestre, gravure en deux couleurs.
  • page 87 : Avril. La République de 48, vignette en deux couleurs.
  • page 94 : le Taureau, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 95 : Mai. Le Second Empire, vignette en deux couleurs.
  • page 102 : Les Gémeaux, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 103 : Juin. La Troisième République, vignette en deux couleurs.
  • page 141 : Le Cancer, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 143 : hors-texte en couleurs, La Science, gravure en quatre couleurs.
  • page 144 : calendrier du troisième trimestre, gravure en deux couleurs.
  • page 145 : Juillet. L’Art Grec, vignette en deux couleurs.
  • page 197 : Le Lion, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 198 : Août. L’Art Romantique, vignette en deux couleurs.
  • page 220 : La Vierge, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 221 : Septembre. L’art parnassien, vignette en deux couleurs.
  • page 252 : La Balance, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 253 : hors-texte en couleurs, La Philosophie, gravure en trois couleurs.
  • page 254 : calendrier du quatrième trimestre, gravure en deux couleurs.
  • page 255 : Octobre. L’Art réaliste, vignette en deux couleurs.
  • page 274 : Le Scorpion, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 275 : Novembre. La Vapeur, vignette en deux couleurs.
  • page 310 : Le Sagittaire, cul-de-lampe, en deux couleurs.
  • page 311 : Décembre. L’Électricité, vignette en deux couleurs.
  • page 329 : Le Capricorne, cul-de-lampe, en deux couleurs.

Ce qui fait un total de trente-quatre illustrations ; mais la couverture reprend la gravure de la page 1; et le calendrier est une seule gravure utilisée quatre fois.

1902.

L’illustration comporte trente et une compositions, gravées en noir par Paul-Émile Colin d’après ses dessins :

  • Deux amis, vignette sur la couverture
  • Premiers travaux, hors texte, page 7
  • Labour, hors texte, page 15
  • Semailles, hors texte, page 19
  • Moisson, hors texte, page 23
  • Batteurs en grange, hors texte, page 17
  • A la veillée, hors texte, page 31
  • Le bon repos, cul-de-lampe, page 36
  • Les crêpes, hors texte, page 37
  • Les quilleurs, cul-de-lampe, page 57
  • Sur le Rû, hors texte, page 59
  • Le vin clair, cul-de-lampe, page 69
  • Le campement du sabotier, hors texte, page 71
  • Un poète, cul-de-lampe, page 82
  • La chaude nuit, hors texte, page 83
  • La fête du village, cul-de-lampe, page 95
  • La fameuse, hors texte, page 97
  • Sur la mare, cul-de-lampe, page 106
  • Le bain des filles, hors texte, page 107
  • Midi au village, cul-de-lampe, page 127
  • Le broyeur de lin, hors texte, page 129
  • En reconnaissance, cul-de-lampe, page 162
  • Le verger, hors texte, page 163
  • A qui veut boire, cul-de-lampe, page 194
  • La vendange, hors texte, page 195
  • Le poulain récalcitrant, cul-de-lampe, page 205
  • Le schlitteur, hors texte, page 207
  • Au peigne de loup, l’ôye allonge le cou, cul-de-lampe, page 227
  • Ressources d’hiver, hors texte, page 229
  • Les chaîlleurs lorrains, cul-de-lampe, page 248
  • Les bonnes pommes, cul-de-lampe de la couverture.

le Chasseur, de Dion Chrysostome, édité par Paul-Émile Colin, exemplaire avec bois gravés.

En 1943, Paul-Émile Colin édite à son compte le Chasseur, ou histoire eubéenne, de Dion Chrysostome (voir cet article).

Le livre est illustré de cinquante-sept bois gravés, par Paul-Émile Colin. Ces bois sont gravés sur de minces plaquettes. Plus de la moitié de ces plaquettes sont conservées avec l’exemplaire que Paul-Émile Colin offre à son épouse.

Les autres bois ont été dispersés, et certains d’entre eux ont été joints à certains exemplaires. Voici l’un de ces exemplaires, constituant le lot 194 de la vente du 23 juin 2022 chez Tessier Sarrou :

COLIN Paul-Emile / DION CRYSOSTOME :

Le chasseur ou histoire eubéenne. Chez Paul-Emile Colin Bourg-la-Reine 1943. Première édition illustrée par Paul-Emile COLIN, nouvelle traduction de Paul MAZON. Tirage limité à 148 ex., celui-ci n°15. Complet de la suite en deux états, sur Japon crème pelure et sur Japon blanc vergé. Piqûres éparses sur les premiers feuillets.
Reliure in-8 plein maroquin marron à longs grains, sur le premier plat 5 petites gravures sur bois de Colin incrustées ayant servi aux illustrations (p. 24,32,69,96), dos lisse et insolé, lettrines or, traces de frottement en charnière, tête dorée, couvertures et dos conservés.
Estimation : 500 à 700 euros. Non vendu.

source : Tessier Sarrou.

Cette pratique, d’insérer les bois dans les plats de la couverture, se retrouve sur un autre exemplaire d’une édition de Paul-Émile Colin, passée en vente en février 2019 à Montréal. Ils sont enchâssés dans une reliure de René Kieffer, sur les Bucoliques, de Théocrite :

Dans la même vente du 23 juin 2022, chez Tessier Sarrou, on retrouve un autre livre, illustré par Colin, avec quatre bois insérés dans la reliure. C’est le lot 266 :

ZOLA Emile :
Germinal. Pour les cent bibliophiles Paris 1912. Première édition illustrée par Paul-Emile COLIN. Tirage limité à 120 ex. sur papier filigrané, celui-ci n°102 imprimé pour Henri Vever. Deux volumes, le tome I truffé d’une peinture originale non signée, le tome II de deux dessins préparatoires à des illustrations non retenues, de l’invitation et du menu pour l’Assemblée générale annuelle de l’association des cent bibliophiles. Avec l’invitation est indiqué le programme de cette journée comprenant des adjudications de dessins, bois etc. de Colin pour l’illustration de ce livre, une note au crayon souligne que le propriétaire de ce livre acheta le 8ème lot : une suite complète tirée à part, celle-ci reliée à la suite du texte.
Chaque volume reliés in-4 plein maroquin prune, dos à 5 nerfs, lettrines or, date en pied, trois tranches dorées, chemises demi maroquin prune à bande, dos à 5 faux nerfs, lettrines or, date en pied, étui, couvertures illustrées et dos conservés, reliure signée CANAPE.
Au premier tome : sur le premier plat un cuir incisé incrusté représentant un couple se soutenant dans les grandes plaines du Nord, sur le deuxième plat le bois original «Le déjeuner des Maheu » qui illustre la p.19.
Au second tome : sur le premier plat un cuir incisé incrusté représentant un mineur portant le corps inerte d’un de ses jeunes compagnons dans la mine, au deuxième plat le bois original «Le baiser de la Mouquette » qui illustre la p.315 du premier tome. Estimation : 3000 à 4000 euros. Non vendu.

source : Tessier Sarrou.

Edouard Pelletan et Adolphe Bordes.

Édouard Pelletan, né en 1854 et mort en 1912, est un éditeur important de la période 1900. Plusieurs bibliographes ont étudié sa production, dont Léopold Carteret, et tout récemment dans les Architectes du Livre (journées d’études de l’Université Paris Nanterre).

Sa bibliographie est complexe, et sera l’objet d’un autre article. Je voudrais ici insister sur le rôle joué par un bibliophile, ami et soutien de Pelletan, Adolphe Bordes.

Au début de l’année 1896, Édouard Pelletan a quarante-deux ans ; il vient de démissionner de son poste de fonctionnaire au Ministère des Affaires Étrangères. Il fonde sa maison d’éditions en reprenant les locaux de la Revue Illustrée, de la famille Baschet, et a déjà un programme très élaboré, qu’il annonce dans une plaquette distribuée largement (cinq cents exemplaires offerts à MM. les Bibliophiles, et cent exemplaires vendus, pour le premier tirage, un second tirage est rapidement effectué, non limité) : Le Livre, plaquette programme dans laquelle il énonce les principes et les idées qui vont le guider ; complétée par une annonce des premières publications mises en chantier – pas moins de quatre livres de bibliophilie, pour la première année :

  • Musset : les Nuits, et Souvenir, illustrations par A. Géradin, gravées par Florian ;
  • Moreau : petits Contes à ma sœur, illustrations par Dunki, gravées par Clément Bellenger ;
  • Villon : les Ballades, illustrations par Gérardin, gravées par Julien Tinayre ;
  • Beaumarchais : le Barbier de Séville et le Mariage de Figaro, illustrations de Daniel Vierge, gravées par Cl. Bellenger.

Ce programme ne sera pas intégralement respecté ; Le livre de Beaumarchais sera retardé et remplacé par L’Oaristys, de Théocrite, illustré par Georges Bellenger, la gravure étant de Froment.

Le premier livre est annoncé pour le 15 février ; c’est un peu optimiste : l’achevé d’imprimer est daté du 21 mars. Le second est annoncé pour le 1er mars ; là également il y a un décalage : les grands papiers sont achevés d’imprimer le 20 mai, la suite le 25 juin 1896.

Ce sont des livres de haute bibliophilie : la justification annoncée, qui ne sera pas tout à fait respectée, est la suivante :

  • un exemplaire, n° 1, sur satin, in-4 raisin (texte réimposé) avec une aquarelle originale et une double suite d’épreuves d’artistes signées, sur japon et sur chine (à souscrire) ;
  • un exemplaire, n° 2, sur whatman in-4 raisin, texte réimposé, contenant tous les dessins originaux avec une double suite d’épreuves d’artiste signées, sur japon et sur chine (à souscrire) ;
  • 23 exemplaires, de 3 à 25, sur japon ancien, à la forme, in-4 raisin, contenant tune aquarelle originale, une double suite d’épreuves d’artistes signées. 500 Fr ;
  • 25 exemplaires, de 26 à 50, sur japon des manufactures impériales, avec un tirage à part de toutes les gravures sur japon ancien et sur chine. 200 Fr ;
  • 50 exemplaires, de 50 à 100, sur chine fort, avec un tirage à part de toutes les gravures, sur japon ancien et sur chine, au prix de 150 Fr ;
  • 100 exemplaires, de 101 à 200, in-8 raisin, sur vélin à la cuge des papeteries du Marais, avec un tirage à part sur japon ancien à la forme de toutes les gravures, au prix de 100 Fr ;
  • 300 exemplaires, de 201 à 500, in-8 raisin, sur vélin à la cuve des papeteries du Marais, au prix de 50 Fr.

Comme on le voit le budget de chaque édition est conséquent : 50 000 francs par livre, soit 200 000 francs de budget pour la première année. Édouard Pelletan compte sans doute sur les souscriptions pour financer cette somme ; mais il doit tout de même en avancer une partie, puisqu’il fournit des spécimens des gravures dans sa brochure – il ne peut attendre les souscriptions pour mettre en chantier ces publications. Pelletan, bien sûr, ne se lance pas seul, sans appuis. Membre des cercles positivistes, Il peut compter notamment sur Noël Clément-Janin, ainsi que sur Anatole France ; et aussi sur la famille de son épouse, Caroline Tinayre.

Justement, le 29 mai 1896, Clément-Janin fait paraître, dans la Petite Presse, l’entrefilet suivant :

BIBLIOPHILIE
Je viens de voir – spectacle peu banal, – un livre de quatre mille francs !
Et un livre moderne, ce qui est mieux ! Un livre qui n’est pas d’hier, mais qui sera né demain, car l’édition n’est pas encore prête, et seuls, les vingt-cinq exemplaires de grand luxe sont en ce moment tirés. L’auteur ? Hégésippe Moreau. L’ouvrage ? Les Petits Contes à ma Sœur !
Qu’est-ce qu’on peut mettre, demandez-vous, dans un livre pour qu’il puisse valoir 4,000 fr. ? Oh ! gens peu bibliophiles, qui ignorez le prix du papier vélin à la cuve, des impressions extra-soignées, de la gravure sur bois quand elle est signée Clément Bellenger, et des dessins originaux, quand il sont dûs au crayon spirituel de Dunki !
Ce n’est que cela que l’on met dans les volumes d’art, à la naissance desquels préside M. Edouard Pelletan, dont le nom restera attaché à la rénovation de l’illustration par la gravure sur bois. Et cela suffit pour créer un chef-d’œuvre bibliophilique, que M. Adolphe Bordes, le successeur des de Thou, des La Vallière, des de Soleine, des Pixérécourt, des Nodier, des Janin, va placer sur ses rayons rivaux de ceux de M. Béraldi.
Heureux M. Bordes, dont la mémoire passera à la postérité, sur les ex-libris de ses livres, avec la réputation d’un homme fortuné qui fut en même temps un homme de goût. C.-J.

Adolphe Bordes, né en 1860 à Paris, mort en 1918 à Arcachon, dans la Villa Algérienne (au Cap-Ferret) de son beau-père Léon Lesca, est un armateur bordelais – pas n’importe lequel : « chef de la plus importante maison à voiles du monde entier » indique son dossier de Légion d’Honneur, obtenue en 1907. Bibliophile, il sera membre de la société Les XX, et également des Amis des Livres (membre correspondant), avec son cousin Henri Bordes, il est Trésorier-Archiviste de la société le Livre Contemporain.

De gauche à droite : Louis Barthou, Félix Lesueur, le Baron de Claye et Adolphe Bordes. Almanach Pelletan 1899.

Adolphe Bordes souscrit l’exemplaire numéro 2, d’après la justification indiquée plus haut ; mais cette justification n’était qu’indicative ; voici la justification telle qu’indiquée dans le livre :

  • un exemplaire unique, sur satin, in-4 raisin (texte réimposé) avec six aquarelles originales et une double suite d’épreuves d’artistes signées, sur japon et sur chine ;
  • un exemplaire, n° 1, sur whatman in-4 raisin, texte réimposé, contenant tous les dessins originaux avec une double suite d’épreuves d’artiste signées, sur japon et sur chine ;
  • un exemplaire, n° 2, sur whatman in-4 raisin, texte réimposé, contenant les maquettes et croquis de l’illustrateur avec une aquarelle originale, les frisquettes du graveur et une double suite d’épreuves d’artiste signées, sur japon et sur chine ;
  • 26 exemplaires, de 3 à 28, sur japon ancien, à la forme, in-4 raisin, contenant tune aquarelle originale, une double suite d’épreuves d’artistes signées ;
  • 2 exemplaires, de 29 à 30, sur vélin blanc à la forme des papeteries du Marais, in-4 raisin (texte réimposé) contenant une double suite d’épreuves d’artiste signées, sur japon et sur chine ;
  • 25 exemplaires – de 31 à 55 – sur japon des manufactures impériales, avec un double tirage à part sur japon ancien et sur chine de toutes les gravures ;
  • 50 exemplaires – de 56 à 105 – sur chine fort, avec un double tirage à part sur japon ancien et sur chine de toutes les gravures ;
  • 100 exemplaires – de 106 à 205, in-8 raisin, sur vélin à la cuge des papeteries du Marais, avec un tirage à part sur japon ancien à la forme ou sur chine ;
  • 145 exemplaires, de 206 à 350, in-8 raisin, sur vélin à la cuve des papeteries du Marais.

Comme on le voit, Adolphe Bordes a bien l’exemplaire numéro 1 de cet ouvrage.

Adolphe Bordes n’est pas seulement un bon client pour Pelletan, c’est aussi un ami. On en a plusieurs signes, comme par exemple la dédicace de la Prière sur l’Acropole, de Renan, que Pelletan publie en 1899 :

Cette édition établie à la gloire des Lettres françaises pour l’Exposition Universelle de 1900 est dédiée à monsieur Adolphe Bordes comme un hommage reconnaissant de son dévoué E. P.

source : gallica.bnf.fr

On en trouve également une trace dans une lettre d’Anatole France à Adolphe Bordes, insérée dans son exemplaire (numéro 1 bien sûr) des Poèmes du Souvenir, publié par Pelletan en 1910 (la lettre en question est publiée sur le blog du Bibliophile) :

[…] Je n’oublie pas que, en compagnie d’Edouard Pelletan, mon ami et le vôtre, vous m’avez accueilli gracieusement au milieu de vos nobles richesses[…]

On en trouve un autre témoignage dans la préface du Catalogue général de l’Œuvre d’Édouard Pelletan, publié en 1913, par Clément-Janin :

[…] quand il fallut se prononcer sur le risque d’une opération, M. le docteur Jayle […] s’empressa-t-il de réunir une sorte de conseil de famille. Ce conseil était composé de la plupart de ceux dont on retrouve, non sans mélancolie, les noms sur la dédicace, pleine d’affection et d’espoir, du denier livre de Pelletan : Les Travaux et les Jours et La Terre et l’Homme. C’étaient : MM. Anatole France, Louis Barthou, Adolphe Bordes, les docteurs Hillemand, Gagey, et le signataire de ces lignes [Clément-Janin].

Cette phrase fait référence à la dédicace insérée en tête du dernier livre préparé par Pelletan, puis publié par son gendre René Helleu : Les Travaux et les Jours et La Terre et l’Homme. Voici cette dédicace :

En tête de ce livre d’humanité
qui glorifie l’effort vainqueur
j’inscris avec une juste reconnais-
sance et une joie tendrement émue
le nom des amis qui, d’un zèle
inlassable, m’assistèrent dans une
crise doublement douloureuse

à ceux
qui me conservèrent la vie
aux docteurs
Constant Hillemand, Pierre Gagey
Jayle et Monprofit

à ceux
qui me la rendirent plus chère
à mesdames
Jeanne Henri Chabal et Pierre Gagey
à
Anatole France
Adolphe Bordes, Louis Barthou
Clément-Janin

Comme on le voit, Adolphe Bordes, depuis les débuts, est un fidèle de Pelletan, au premier rang. Cet ami souscrira (systématiquement ?) aux premiers numéros des ouvrages publiés. Et quand, pour certaines éditions, la justification ne mentionne pas d’exemplaire numéro 1 particulier, alors son exemplaire indique « exemplaire unique, imprimé pour Monsieur Adolphe Bordes ».

exemplaire d’Adolphe Bordes de l’Almanach du Bibliophile

Ces livres seront, pour certains, luxueusement reliés, notamment par Marius-Michel. Ce n’est toutefois pas général ; un certain nombre restent en feuilles. Après la mort d’Adolphe Bordes, une grande partie de sa collection intègre la collection de Suzanne Courtois – celle-ci en fera relier, souvent par les frères Maylander, et y apposera son ex-libris.

un des nombreux exlibris de Suzanne Courtois. Il existe en différentes couleurs, et également une version papier.

Voici un florilège de certains de ces livres, qui sont passés en vente ces dernières années :

1900. Les Syracusaines.

Vente Alde du 3 décembre 2012, lot 83. Estimé 4000 à 5000 euros.

THÉOCRITE. Les Syracusaines. Paris, Pelletan, 1900. 2 volumes grand in-4, maroquin vert, listels de maroquin vert foncé et rouge sertis d’or en encadrement des plats, dos à nerfs orné, tranches dorées, dentelle intérieure dorée, doublure de maroquin rouge ornée d’une frise florale mosaïquée en maroquin de différents verts avec fleurons dorés aux angles, gardes de soie, doubles gardes, couverture, chemise et étui. (Marius Michel).

Édition illustrée de 16 compositions de Marcel Pille, gravées par Froment Fils, tirée à 350 exemplaires.

Exemplaire n°1 nominatif pour Adolphe Bordes sur Whatman, avec texte réimposé, contenant les dessins originaux, dont 4 très importantes aquarelles à pleine page, et une double suite d’épreuves d’artiste signées sur japon mince et sur chine. Les dessins originaux sont reliés dans le volume de texte. Les suites sont reliées à part dans une reliure en demi-maroquin à coins.

De la bibliothèque Suzanne Courtois, avec ex-libris.

1901 – Poèmes en prose.

Vente Beaussant-Lefèvre, collection jean-Claude Delauney, 23 octobre 2019, lot 29. Adjugé 5500 euros plus les frais.

GUÉRIN (M. de). Poèmes en prose. Paris, Pelletan, 1901, grand in-4°, maroquin bleu janséniste, dos à nerfs,
doublure de maroquin havane sertie d’une large guirlande florale mosaïquée de maroquin vert, couverture, tranches dorées sur témoin, étui gainé de même maroquin (Marius Michel). 5000/7000€
L’une des plus belles publications d’Édouard Pelletan (1854-1912).
7 compositions d’Henri Bellery-Desfontaines (1867-1909), gravées sur bois par Ernest Florian (1863-1914).
Exemplaire n° 1, cité par Carteret, imprimé sur papier Whatman pour Adolphe Bordes, le grand collectionneur bordelais. Il contient :

  • tous les dessins originaux (pleines pages, ornements, initiales), la plupart sont signés ou monogrammés, soit 18 feuillets.
    Seul n’y figure pas le fleuron du deuxième plat de couverture. Ils ont été montrés en même temps que ceux de Steinlen pour L’Affaire Crainquebille (n°21) à l’exposition organisée par l’éditeur Pelletan en décembre 1900. Ces deux ensembles (livres et dessins) ont ensuite appartenu à Suzanne Courtois, puis à Jean-Claude Delauney ;
  • une suite des 7 compositions (pleine page, en-tête et cul-de-lampe) sur japon mince signées par Florian ;
  • une suite des 7 compositions (pleine page, en-tête et cul-de-lampe) sur japon mince signées par Florian ;
  • une suite des décompositions des couleurs des 7 illustrations (pleine page, en-tête et cul-de-lampe) sur japon mince, soit 41 planches.
    Le volume de suite est en demi-maroquin bleu à coins ; il s’ouvre sur la page de titre du livre.
    Provenances : Adolphe Bordes ; Suzanne Courtois, avec son ex-libris.

1902 – cinq poèmes.

Vente Beaussant-Lefèvre, collection jean-Claude Delauney, 23 octobre 2019, lot 32. Adjugé 11000 euros plus les frais.

HUGO (V.). Cinq poèmes. Paris, Pelletan, 1902, 2 volumes in-4°, maroquin prune, couronne de laurier irradiante sur les deux plats, dos à nerfs, doublures de maroquin vert (serti d’une guirlande florale dorée pour le volume de texte ; vierge pour celui des dessins), gardes de tabis prune, couverture et dos, tranches dorées sur témoins, chemise et étuis gainés de maroquin prune (E. & A. Maylander). 4 000 /6 000 €
Édition publiée pour le centenaire de la naissance de Victor Hugo (1802-1885).
35 compositions d’Auguste Rodin (vue d’un buste sculpté de Hugo gravée sur bois), d’Eugène Carrière (5), de Daniel Vierge (4 vignettes et 3 lettrines historiées), Adolphe Willette (3), Louis Dunki (4), Alexandre-Théophile Steinlen (15). L’ensemble gravé sur bois par Fr. et E. Florian, Crosbie et Duplessis, L. Perrichon et É. et E. Froment…
EXEMPLAIRE UNIQUE (n° 1), cité par Carteret, réimposé sur Whatman, imprimé pour Monsieur Adolphe Bordes, il contient :

  • les dessins originaux de Daniel Vierge, au crayon avec rehauts à la sanguine et à la gouache (4), Adolphe Willette, au crayon avec rehauts à la gouache et à l’encre de Chine (3), Louis Dunki, crayon et encore de Chine à la plume et au lavis (5) et Théophile-Alexandre STEINLEN, au crayon, au crayon gras, à la gouache et à l’encre de Chine (15), soit 27 dessins sur 26 ff.
    Tous sont signés ou monogrammés, parfois annotés ; quelques feuillets comportent des croquis au verso ;
  • une double suite d’épreuves d’artiste sur japon mince et sur chine (4 des 5 estampes d’après Carrière comportent également une décomposition des tons en deux planches), soit 86 planches ;
    Sont joints :
  • une LAS du libraire René Helleu à Mme Courtois, 2pp. in-4° datées « 14 mai 1959 ».
    « … Il est bien évident que lorsqu’Édouard Pelletan rédigea l’annonce du tirage de ses Cinq poèmes de Victor Hugo, il n’avait pas réalisé que les originaux des artistes illustrateurs seraient particulièrement difficiles à réunir dans un format unifié, d’emblée Rodin, qui offrait sa sculpture, était hors de jeu ; Carrière aussi avec son illustration peinte sur toile. Deux exemplaires Whatman ont dû être tirés pourtant, quant à moi je n’en ai jamais vu aucun… » ;
  • 2 bulletins de souscription (l’un sur vélin, l’autre sur japon) et un carton d’invitation au nom de M. et Mme Bordes pour « une heure de poésie et de musique » aux Éditions d’art.
    L’exemplaire est parfaitement conservé.
    Dimensions : 343 x 256 mm (pour le volume de texte) ; 380 x 279 mm (pour le volume des dessins).
    Provenances : Adolphe Bordes, le grand collectionneur ; Suzanne Courtois, avec son ex-libris.

La reliure a probablement été commandée par Suzanne Courtois. A noter que cet exemplaire figure sur le site d’un libraire, sans le second volume de dessins, mais avec les dessins de Daniel Vierge, Willette et Dunki.

1902 – le Procurateur de Judée.

Vente Beaussant-Lefèvre, collection jean-Claude Delauney, 23 octobre 2019, lot 23. Adjugé 6500 euros plus les frais.

Le Procurateur de Judée. Paris, E. Pelletan, 1902, grand in-4°, maroquin havane, double listel de
maroquin havane et rouge autour des plats, dos à nerfs orné de même, doublure de maroquin rouge ornée d’un large décor floral mosaïqué de box vert et havane, couverture, tranches dorées, chemise et étui gainés de même maroquin (Marius Michel). 2 500 / 3 500 €.
14 compositions d’Eugène Grasset, gravées sur bois par Ernest Florian (1883-1914).
EXEMPLAIRE UNIQUE, imprimé sur papier Whatman pour Adolphe Bordes. Il contient :

  • les 14 dessins originaux de Grasset. Le cul-de-lampe de la p. 44 n’y figure pas ;
  • une suite d’épreuves d’artiste sur japon mince, avec la décomposition des couleurs pour les bois en couleurs ;
  • une suite d’épreuves d’artiste sur chine, avec la décomposition des couleurs pour les bois en couleurs.
    L’ensemble des suites est formé de 77 planches.
    Le volume de suite est relié en demi-maroquin havane à coins, il s’ouvre sur le feuillet de titre du livre.
    Provenances : Adolphe Bordes, le grand bibliophile bordelais ; Suzanne Courtois, avec son ex-libris ; Bogousslavsky, avec son ex-libris placé ici en début de volume.

1910 – Les Poèmes du Souvenir

  • France, Anatole — PaulÉmile Colin et Pierre-Eugène Vibert
  • Les Poèmes du souvenir. Paris, Édouard Pelletan, 1910.

Exemplaire n° 1, du grand bibliophile Adolphe Bordes.

In-4 (305 x 250 mm). Maroquin prune, grand décor floral et géométrique aux plats, mosaïqué de maroquin ocre, mauve, lilas, brun et bleu marine, dos à nerfs, décor mosaïqué de maroquin bleu, doublure de maroquin taupe à décor mosaïqué encadré de filets dorés, gardes de soie aux motifs brodés, tranches dorées (Marius Michel). Étui doublé de Got & Vilaine.

Édition illustrée de 26 bois originaux, dont 15 par P.E. Vibert et 11 par P.-E. Colin.

Exemplaire de tête. Tirage à 365 exemplaires, dont 25 de présent, celui-ci n° 1, imprimé pour M. Adolphe Bordes, sur vélin crème filigrané « WBW ».

Exemplaire unique, enrichi de :
– 36 dessins originaux par Vibert et Colin : les 26 dessins originaux des bois et 10 autres dessins ou essais des mêmes artistes, non retenus. Vibert a exécuté les portraits des poètes, les vignettes, culs-de-lampe et ornements tirés en ocre dans le texte, les dessins originaux sont à la mine de plomb avec rehauts de lavis. Colin est l’auteur des illustrations hors texte, tirées en noir, dont les originaux sont ici réalisés au fusain, parfois rehaussés au crayon de couleur ou au pastel blanc.
– France, Anatole. Une lettre et un manuscrit autographes et signés. Par l’intermédiaire de l’éditeur Pelletan, Anatole France est heureux d’offrir quelques lignes de sa main à Adolphe Bordes, qui l’a déjà gracieusement accueilli « au milieu de [ses] nobles richesses« . Il a joint à sa lettre le manuscrit des dernières lignes de son étude sur les trois poètes réunis dans cet ouvrage : Lamartine (Le Lac), Hugo (Tristesse d’Olympio) et Musset (Souvenir).

Vente Sotheby’s, Paris, le 31 mai 2016, lot 101, estimé 3000 à 4000 euros.

1910. La Chanson des Gueux

Ce livre n’est pas décrit dans une fiche de libraire ou de commissaire priseur ; il fait partie des collections de la Bibliothèque Cantonale et universitaire de Lausanne. Sa fiche est consultable ici.

La chanson des Gueux par Steinlen. Non coté. BCU Lausanne.

Jean Richepin, La chanson des gueux
Edition intégrale décorée de 252 compositions originales de Steinlen
Paris : Edouard Pelletan, 1910

USC 2570

Un des trois exemplaires de tête réimposé sur papier Whatman, avec une suite sur japon et une suite sur chine, deux prospectus et un carton d’invitation pour l’exposition des dessins de Steinlen (n° 1, imprimé pour Adolphe Bordes), relié en 4 volumes par Marius Michel en plein maroquin havane, plats intérieurs en maroquin tête de nègre, gardes de tissu ocre, tranches dorées sur témoins.
Cet exemplaire comporte 234 grandes compositions originales ayant servi à l’illustration, 29 dessins des bandeaux et lettrines du « glossaire argotique » et de la table des matières (une des lettres ornées manque), l’encadrement de la justification du tirage où figurent les portraits de Steinlen­, Richepin et Pelletan, un grand portrait de Richepin et 9 dessins non utilisés, soit en tout 272 compositions originales (mine de plomb, fusain, encre noire, gouache blanche et crayon bleu), la plupart à la dimension du livre réimposé (36 x 26 cm), parfois plus grandes, sur des feuillets repliés.

Paul-Émile Colin et la Grande Guerre, II.

Dans cet article, je montrais l’activité assez réduite de Paul-Émile Colin pendant la première Guerre mondiale. En fait, cet article se concentrait sur l’activité en rapport avec la bibliophilie : essentiellement les gravures de Colin, publiées dans des livres, de luxe ou non.

Mais Colin, principalement connu comme graveur, est également peintre. Et à ce titre, il a, comme de nombreux autres artistes de cette époque, témoigné de la Guerre, en répondant à l’appel des Armées aux artistes (principalement des peintres) en 1916 et 1917.

On peut lire à ce sujet cet article, publié sur le site du musée des Armées.

Dans le cadre de ces missions d’artistes, encouragées voire demandées par l’armée, Paul-Émile Colin a participé deux fois, en juin 1917, puis en aout 1917. Une exposition, au Luxembourg, sera organisée pour présenter les résultats de ces missions. Le 20 octobre 1917, dans le Temps, le journaliste Thiébault-Sisson donne un compte rendu de cette exposition, sous le titre Au musée du Luxembourg / l’exposition des peintres aux Armées – ce journaliste fait d’ailleurs partie de la Commission chargée des achats par l’armée, son avis est donc important.

source Gallica.bnf.fr

Suite à ces expositions, au moins trois toiles ont été acquises par le musée des Armées. Ces toiles ne représentent pas des combats, mais plutôt soit l’activité en arrière des lignes, soit les dégâts des bombardements. C’est général pour tous les artistes, et c’est normal : s’ils sont envoyés au front, ce n’est pas en première ligne bien sûr ; et d’autre part la guerre moderne, en 1917, ne se prête pas aux tableaux héroïques des siècles passés.

Les trois tableaux de Colin achetés sont les suivants :

Ruines du château de Ham.

Dimensions : 27,5 cm sur 34,5 cm ; aquarelle et gouache sur papier marouflé sur carton. Musée de la Guerre à Paris.

Pont sauté à Noyon.

Dimensions : 27,5 cm sur 34,2 cm ; aquarelle et gouache sur papier marouflé sur carton. Musée de la Guerre à Paris.

Hôtel de ville de Roye.

Dimensions : 27,5 cm sur 34,2 cm ; aquarelle et gouache sur papier marouflé sur carton. Musée de la Guerre à Paris.

Paul-Émile Colin et la Grande Guerre.

Paul-Émile colin, né en 1867, a donc cinquante ans pendant la Guerre ; en 1914 il s’engage comme médecin auxiliaire, à Sceaux, (sa première profession) et sera employé par l’armée comme dessinateur, sur les théâtres des grandes batailles de 1914, et notamment la bataille de l’Ourcq, un épisode de la bataille de la Marne.

De ce passage aux Armées nous reste un album in-folio, dans lequel Colin retrace certains lieux de la bataille, en vingt-deux lithographies, sous le titre « Les Routes de la grande guerre. La bataille de l’Ourcq ». Les sujets retenus sont nettement plus bucoliques que guerriers ; dans certains cas, seule la légende permet d’imaginer ce qui a pu relier le paysage choisi à la bataille. Le texte de présentation, par contre, est très patriotique – l’album est publié en 1917.

l’orme plaideur : l’arbre a pu servir de guet…

On peut lire plus de détails sur cet album, ainsi que sur les autres in-folio de Colin, dans cet article.

Colin, graveur de son état, a produit et diffusé de nombreuses gravures sur bois, sa technique de prédilection. Mais dans toute son abondante production, la guerre n’apparait (quasiment) jamais. Et en tant qu’illustrateur d’ouvrages (le plus souvent de bibliophilie) la guerre est également absente, comme on peut le constater en lisant sa bibliographie : le seul livre traitant de la guerre est l’ouvrage de André Fribourg, Croire, histoire d’un soldat, publié en 1917 chez Payot, et illustré d’un frontispice sur bois de Colin.

A. Fribourg, Croire, frontispice de Colin.

Paul-Émile Colin a tout de même produit quelques gravures sur la Grande Guerre, en plus de ce frontispice.

La guerre racontée par nos généraux.

Après guerre, la librairie Schwarz publie un ouvrage en trente livraisons, à six francs chacune, qui connaîtra une grande diffusion : la guerre racontée par nos généraux. Le livre, en trois tomes, sera publié de 1919 à 1922. Il est écrit (ou du moins signé) par le général Dubail et le maréchal Fayolle, et contient de nombreux documents (cartes, vues panoramiques, représentations des armes et équipements…) mais aussi de nombreuses gravures, sur bois (près de sept cents).

Les pages de titre nous indiquent les principaux auteurs (dessinateurs et graveurs), au premier rang desquels Charles Fouqueray et Lucien Jonas. Mais bien d’autres artistes ont été mis à contribution, sans être mentionnés en page de titre – c’est le cas de Paul-Émile Colin, qui donne une gravure, en camaïeu, pour trois livraisons.

Il s’agit d’un livre in-4° (24 cm sur 32 cm) ; les gravures (du moins pour la série dont font partie les contributions de Colin : Visions de guerre) mesurent 12 cm sur 18,5 cm, dans un encadrement de 1 cm d’épaisseur – ce sont des tableaux encadrés !

Les gravures sont imprimées en deux tons : un noir profond, et une teinte pastel. Il existe au moins deux tirages différents, avec des tons différents : un bleu et un ocre. Les gravures portent un titre, et sont suivies d’un texte qui explique la gravure – le texte, sans doute pas de Colin, est d’un ton très patriotique là également. Le tout occupe une page entière :

Voici les trois gravures :

1. Le champ de bataille.

C’est la première contribution de Colin – et l’éditeur n’est pas bien certain du nom de l’artiste, nommé ici « Collin » sans préciser son prénom – mais il précise bien que la composition et la gravure sont du même artiste. C’est d’ailleurs une constante dans cette publication que les graveurs sont systématiquement identifiés, ce qui n’est pas si fréquent.

Le texte sous la gravure est à la gloire de l’armée française : « il y a des braves qui guettent et qui [..] assureront la possession de ce champ de bataille dévasté, mais conquis ».

2. L’attaque du château de Nesle.

A noter qu’ici l’impression du ton bleu est très pâle… L’éditeur a fait des efforts pour identifier l’artiste : ici il indique P.A. Collin – ce n’est encore pas ça, mais ça arrive !

3. La passerelle.

Cette fois-ci, Colin est correctement identifié. Il ne s’agit pas ici d’une scène précise, mais d’une évocation d’une scène courante. « C’est une image vivante de la guerre, de ses difficultés imprévues, de la hardiesse résolue avec laquelle les soldats français savaient les résoudre » dit le texte d’accompagnement.

Vignettes patriotiques.

Voici deux vignettes, qui peuvent faire partie d’une série plus importante, et qui sont certainement produites pendant la guerre, dans un but de propagande. L’éditeur est mentionné : Berger-Levraut, Nancy – A cette époque l’éditeur se double d’une « librairie militaire« , qui publie notamment les livres d’instruction de l’armée, ainsi qu’une série d’affiches de Victor Prouvé, tout à fait dans le ton de ces deux vignettes. Elles sont signées dans le dessin « P E Colin » de façon très discrète. La légende est imprimée sous la vignette.

Les dimensions du papier sont de 9 cm sur 14 cm ; les dimensions du cadre de la gravure de 7 cm sur 11 cm ; le dos est vierge, le papier est de relativement mauvaise qualité, jaunâtre, très fin et mou. Je n’ai pas trouvé d’informations supplémentaires.

Ne pas vaincre, ce serait s’appauvrir pour longtemps :

Tirons parti de tout :

reliures incisées de P.E. Colin

les 21 septembre 2021, Artcurial, dans la vente de la seconde partie de la bibliothèque de Maurice Houdayer (https://www.artcurial.com/fr/vente-4156-bibliotheque-maurice-houdayer-part-2), propose les lots suivants :

Lot 93 :

Artcurial, Paris

[COLIN].- DUHAMEL (Georges)
La Pierre d’Horeb.
Paris, Éditions d’art Manuel Bruker, 1927.
In-8 (25,6 x 17,2 cm), maroquin brun, au premier plat grand cuir incisé signé du monogramme de P.-E. Colin, dos à nerfs avec pièces de titre et d’auteur en maroquin noir, titre et auteur dorés, pièce en maroquin caramel portant un ornement de filets dorés, tête dorée, encadrement intérieur de maroquin brun souligné d’un filet doré, doublures et gardes peintes à la gouache par P.-E. Colin et signées de son monogramme, couvertures et dos conservés, étui (René Kieffer).

229 p., [4] ff.

Première édition illustrée.
ORNÉE DE 32 BOIS GRAVÉS EN CAMAÏEU DE PAUL-ÉMILE COLIN ET 19 CULS-DE-LAMPE.
Tirage limité à 390 exemplaires, celui-ci l’exemplaire unique imprimé pour l’illustrateur Paul-Émile Colin sur papier du Japon à la forme, contenant les dessins originaux de l’illustrateur signés (17 dessins dont 2 inédits, un rehaussé pour le frontispice, non retenu, et un représentant une fontaine daté de 1893 à Clamart), une double suite d’épreuves complètes des gravures sur papier du Japon à la forme et sur papier de Chine, une suite des couleurs décomposées, une suite d’épreuves de la planche de noir et l’épreuve d’une planche refusée. Exemplaire enrichi :
– de la maquette à l’aquarelle du décor de la reliure ;
– de 4 gouaches originales monogrammées peintes sur les doublures et gardes ;
– du spécimen-prospectus de l’édition.
Remarquable exemplaire en reliure décorée d’un cuir incisé de René Kieffer.

Provenance : Paul-Émile Colin (justification).

Bibliographie : Talvart et Place, IV, 386.

Petites rousseurs éparses et petites traces noires en marge, rousseurs prononcées à la maquette pour la reliure, large mouillure jaune affectant 3 dessins originaux, bande d’insolation en tête du premier plat et en bordure du dos, griffure et petit choc en pied du second plat, petits frottements aux coins et au dos avec pièces légèrement décollées.

Estimation : 700 à 900 euros.

Le livre est vendu 1560 euros avec les frais.

Lot 94 :

Artcurial, Paris

[COLIN].- HÉSIODE et FRANCE (Anatole)
Les Travaux et les Jours suivis de La Terre et les Hommes.
Paris, Pelletan, 1912 [1913].
In-4 (29 x 21,9 cm), maroquin olive, au premier plat large cuir incisé représentant les travaux des champs signé du monogramme de P.-E. Colin, tranches dorées, doublures de maroquin chocolat serties d’un filet doré avec large décor mosaïqué de pampres en maroquin vert de deux tons (vert olive et vert tendre), treilles en maroquin brun et grappes de raisin en maroquin violine, gardes de soie brochée à décor de rinceaux vert sapin, couvertures et dos conservés, chemise et étui (René Aussourd – 1913).

224 p., [2] ff.

Édition originale de la traduction de Paul Mazon. Le second ouvrage est d’Anatole France.
OUVRAGES ILLUSTRÉS DE 114 BOIS DE PAUL-ÉMILE COLIN, DONT 7 HORS TEXTE. DES LETTRINES ET BANDEAUX DÉCORATIFS SONT GRAVÉS SUR BOIS EN COULEURS.
Tirage limité à 405 exemplaires. Un des 35 exemplaires sur papier du Japon ancien, celui-ci le n° 11 imprimé pour M. Blumenfeld-Sciama comportant une suite sur papier de Chine.
Imposante reliure doublée avec cuir incisé de René Aussourd.

Provenance : Henry Blumenfeld-Sciama (souscripteur et ex-libris à son chiffre).

Bibliographie : Carteret, Illustrés, IV, 202. Monod, 6012.

Dos passé, infimes rousseurs éparses, quelques traces brunes en gouttière des feuillets (en particulier p. 87), dos de la chemise passé, des frottements à l’étui.

Estimation : 400 à 500 euros. Le livre est vendu 885 euros avec les frais.

Le motif choisi par Colin pour le livre de Duhamel n’a aucun rapport avec l’illustration, à base de vues urbaines principalement.

Pour le livre de Hésiode, le motif ne reprend pas directement un des hors-texte mais il est tout à fait adapté ; c’est peut-être un dessin non retenu.

Ces livres font partie du petit corpus de reliures avec cuirs incisés de Paul Émile Colin, qui en a réalisé plusieurs ; Hugues avait publié en 2008 un article de Bergamote sur ces reliures remarquables : https://bibliophilie.com/les-cuirs-incises-de-paul-emile-colin/.

les dessins de Paul-Émile Colin pour Sylvie.

Depuis 1943, Paul-Émile Colin a entrepris la publication d’une série de livres, qu’il illustre et édite lui-même, « au Bourg-la-Reine / près Paris ». Ces livres, à quelques minimes différences près, constituent une série homogène, pour le format, l’illustration, les tirages.

Nb : la série est détaillée dans cet article : les dernières productions de Paul-Emile Colin.

Dans cette série, en 1946, il publie Sylvie, de Gérard de Nerval. Le livre, de format in-8° ( 16 cm sur 25 cm) est illustré de trente bois originaux de Colin. Le tirage est le suivant :

  • un exemplaire (numéro 1) sur japon ancien avec tous les dessins des bois et trois suites sur trois japon différents tirées à la main par l’artiste.
  • quarante exemplaires sur velin d’Arches – de 2 à 41 – avec un dessin en camaïeu, une suite sur velin et cinq gravures sur japon tirées à la main, le tout livré dans un emboîtage recouvert de papier de garde exécuté par paul-Émile Colin.
  • cent trente exemplaires – 42 à 171 – sur velin de Voiron.
  • 15 exemplaires de présent (sur velin de Voiron) numérotés en chiffres romains.

Dans cette justification, on voit que les originaux, ayant servi aux bois gravés, sont regroupés dans l’exemplaire 1. Ce qui veut donc dire que les dessins insérés dans les exemplaires de tête, ne correspondent pas à l’illustration du livre ! – d’ailleurs, le livre ne contenant que trente bois, on voit bien que les quarante exemplaires de tête ne pouvaient pas les contenir.

En fait, les dessins « en camaïeu » insérés, sont plutôt à considérer comme des études, correspondant aux recherches pour les grandes vignettes du livre.

L’illustration, sensée être de trente bois, est en fait constituée de la façon suivante :

  • une vignette de petite dimension (4,5 cm sur 6 cm) sur la page de titre ;
  • un grand bois, à pleine page (9 cm sur 13 cm), en frontispice ;
  • quatorze vignettes (9 cm sur 8,5 cm) en tête de chapitre ;
  • quatorze vignettes (6cm sur 4,5 cm) souvent placées en cul-de-lampe ;
  • trois petites vignettes (1 cm sur 4,5 cm, 2 cm sur 3,5 cm, 1,8 cm sur 3,2 cm) placées en bandeaux ;
  • un petit fleuron (1 cm sur 1 cm).

Ce qui fait trente-quatre gravures – à noter que les suites contiennent trente-trois d’entre elles ; le fleuron n’est pas repris.

Voici trois de ces dessins :

dessin de l’exemplaire 9 – source : svv St-Quentin, vente du 19 mars 2021.
dessin de l’exemplaire 10.
dessin de l’exemplaire 33.

Le format de ces dessins est de 9,4 cm sur 8,4 cm – ce qui correspond à peu près au format des grandes vignettes. On peut essayer de rapprocher les dessins en camaïeu des gravures. Ce n’est pas forcément facile…

Voici quelques gravures qui utilisent des éléments présents dans le dessin de l’exemplaire 33 :

On retrouve les arbres, ainsi que, dans la vignette centrale, les habits des personnages. La vignette de droite semble la plus proche du dessin.

Voici une gravure qui pourrait s’apparenter au dessin de l’exemplaire 10 :

On voit qu’on est loin du dessin..

Et pour le dessin de l’exemplaire 9 ? eh bien, aucune gravure ne correspond à la scène dessinée… dans le livre Paul-Émile Colin n’a conservé aucune scène d’intérieur.

On voit donc que les quarante dessins disséminés dans ces exemplaires (plus bien sûr les dessins insérés dans les exemplaires de tête des cinq autres livres de cette série), s’ils sont des dessins de recherche, peuvent tout de même être intéressants ; car pour certains d’entre eux pas repris en gravure, ou sous une forme très modifiée.

On peut lire, sur Paul-Émile Colin :

frontispice.

Bibliographie de Paul-Émile Colin.

Paul-Émile Colin, né le 16 août 1867 à Lunéville, et mort à Bourg-la-Reine le 28 octobre 1949, est un peintre, graveur et illustrateur. En fait, c’est d’abord un médecin ; il a exercé pendant quelques années, et à ses débuts comme illustrateur on le présente comme le « Docteur Colin ».

Il a une prédilection pour la gravure sur bois, gravure originale ; contrairement à la plupart des illustrateurs, il grave lui-même ses compositions. Mais Colin, également peintre, utilisera d’autres techniques, comme l’aquarelle, pour certaines éditions illustrées. Remarqué par Edouard Pelletan, il lui restera fidèle – Pelletan éditant ses cinq premiers livres.

Paul-Émile Colin n’a pas une production importante – au total, un peu plus de trente ouvrages, à partir de 1894, en comptant son premier essai, non publié, jusqu’en 1947, cinquante-trois ans plus tard.

Edgar Poe – Histoires extraordinaires – non édité, 1894

En 1894 Colin prépare une illustration des Histoires Exrtaordinaires d’Edgar Poe, pour laquelle il réalise une série de treize bois, de format 10 cm sur 13 cm. Il éditera la suite, sur des feuilles de format 13 cm sur 20 cm, à vingt exemplaires, plus deux exemplaires d’artiste.

colin_poe_1

 

Auteurs divers – Almanach du Bibliophile – Pelletan, 1904.

Edouard Pelletan, pour la cinquième édition, datée de 1902 (mais l’achevé d’imprimer est daté du 20 mars 1904), de son Almanach du Bibliophile, fait appel à Paul-Émile Colin, qui réalisera trente-et-un bois originaux (le prospectus annonce 30 bois originaux du docteur Paul Colin).

 

Le tirage est de 900 exemplaires :

  • 25 exemplaires sur chine avec suites d’épreuves d’artiste, vendus 80 francs
  • 25 exemplaires sur chine, vendus 40 francs
  • 850 exemplaires sur « beau papier », vendus 12 francs.

Ces exemplaires sont au format 14,5 cm sur 20 cm, les exemplaires sur chine sont réimposés au format in-4°. A ces exemplaires il faut ajouter un « exemplaire unique », au format 23 cm sur 32 cm, sur vélin, contenant tous les originaux de Paul-Émile Colin, imprimé pour Adolphe Bordes.

P1020467

Jules Renard – Les Philippe, précédés de Patrie ! – Pelletan, 1907.

En 1907, Édouard Pelletan publie Les Philippe, de Jules Renard, précédés d’un petit texte : Patrie ! qui occupe trois pages.

Il s’agit d’un volume in-8° (18 cm sur 25 cm), de 136 (+8) pages ; il est illustré par huit hors texte en camaïeu, et cent trois bois en noir, de Paul-Émile Colin. Il est imprimé par la Semeuse, l’achevé d’imprimer étant daté du 30 septembre 1907.

renard-les-philippe
source : librairie Koégui

Le tirage est de mille deux cents exemplaires :

  • 25 exemplaires sur japon ancien, avec une collection d’épreuves d’artiste signées, sur chine,  vendus 300 francs ;
  • 75 exemplaires sur chine, vendus 150 francs ;
  • 1100 exemplaires sur papier du Marais pur chiffon, vendus 20 francs.

Le tirage est important, et le prix faible pour ce genre d’édition : Pelletan, avec ce livre, a voulu montrer qu’il est possible de concilier livre de bibliophilie exigeante et prix accessible.

Le livre sera republié en 1930 par Hachette, dans la collection les Grands Écrivains, avec les mêmes illustrations. Il s’agit d’un volume in-8° ( 15 cm sur 21 cm) de 283 pages

Anatole France – les Poèmes du Souvenir – Pelletan, 1910

En 1910 Pelletan publie une étude d’Anatole France : Les Poèmes du Souvenir, sur Le Lac (Alphonse de Lamartine), Tristesse d’Olympio (Victor Hugo) et Souvenir (Alfred de Musset). Il s’agit d’un petit volume de 96 pages. Il est achevé d’imprimer le 7 décembre 1910, à l’Imprimerie Nationale.

Il est illustré par Pierre-Eugène Vibert et Paul-Émile Colin, de 25 (mais la page de titre en annonce 26) gravures originales :

  • 15 gravures de Vibert ;
  • 10 gravures de Colin.

colin_poemes_souvenir.jpg

Le tirage est de 385 exemplaires :

  • un exemplaire sur vélin d’Arches, numéro 1, contenant tous les dessins originaux ;
  • 25 exemplaires sur japon ancien, contenant une collection d’épreuves d’artiste, sur chine, vendus 300 francs.

Ces 26 premiers exemplaires sont au format in-4°, texte réimposé (23 cm sur 29 cm).

  • 2 exemplaires sur chine, non vendus ;
  • 310 exemplaires sur vélin du Marais, vendus 65 francs.

Ces exemplaires sont au format in 8° (16,5 cm sur 24 cm). Il existe également 25 exemplaires de présent.

 

Hésiode, Anatole France et Paul Mazon – les Travaux et les Jours – Pelletan, 1912

En 1912, Pelletan, malade, édite son dernier livre : les Travaux et les Jours, d’Hésiode, traduction nouvelle de Paul Mazon, suivis de La Terre et l’Homme, par Anatole France, décorés de cent quatorze bois originaux de Paul Émile Colin. Le livre est imprimé par L’Imprimerie Nationale, l’achevé d’imprimer étant daté du 31 janvier 1913 – Édouard Pelletan est mort le 31 mai 1912.

Les Travaux et les Jours occupent les 106 premières pages, avec le texte grec en regard de la traduction. Il est illustré de nombreux bois, en noir, dont un frontispice et six hors-texte, des lettrines, imprimées en ocre, et des bandeaux, imprimés en vers et ocre.

colin_travaux_jours

La Terre et l’Homme occupe les 103 pages suivantes ; le texte est illustré de très nombreux bois in-texte, en noir, de lettrines ocres, et de bandeaux en deux tons ; il n’y a pas de hors-texte dans cette partie.

Le tirage est de 375 exemplaires (plus 30 de présent) :

  • un exemplaire sur vélin d’Arches, numéro 1, contenant tous les dessins originaux ;
  • 35 exemplaires sur japon ancien, contenant une collection d’épreuves d’artiste, sur chine, vendus 750 francs.

Ces premiers exemplaires sont au format grand in-4°, texte réimposé.

  • 339 exemplaires sur vélin du Marais, vendus 200 francs.

Ces exemplaires sont au format petit  in 4° (20 cm sur 27 cm).

Maurice Barrès – dix aspects de la Lorraine – Pelletan, 1912

Il s’agit ici plus d’un album que d’un livre. C’est le premier des grands in-folio de Paul-Émile Colin, décrits dans cet article.

859e6-l1-sion

Le tirage est de soixante exemplaires, dont quinze sur japon et quarante-cinq sur vélin d’Arches, au format 32 cm sur 42 cm (format du port-folio).

 

Émile ZOLA – Germinal – Les Cent Bibliophiles, 1912

Voici la première collaboration de Colin avec un autre éditeur que Pelletan – une Société de bibliophiles.

Le livre, en deux tomes, est au format 21,5 cm sur 29,5 cm ; il comporte 338 et 279 pages. Il est illustré de 132 bois, dont 2 frontispices et 6 hors-texte, en camaïeu.

colin_germinal_couv

Le tirage est limité à 120 exemplaires, sur vélin d’Arches, réservés aux membres de la Société.

colin_germinal

Stendhal- le rouge et le noir – Crès, les Maîtres du Livre, 1912

C’est le premier livre publié par Georges Crès, pour lequel Paul-Émile Colin donne un frontispice, ce ne sera pas le dernier. Ces livres sont publiés dans la collection les Maîtres du Livre, et appliquent tous la même formule : au format 13 cm sur 18,5 cm, ils sont tirés à 1500 ou 1600 exemplaires, dont 50 ou 60 sur grands papiers ; les exemplaires ordinaires sont vendus de 10 à 13 francs. Celui-ci comporte deux tomes – Paul-Émile Colin réalise le frontispice du tome 2.

Maurice Barrès – la Colline Inspirée – Pelletan, 1915

Après la mort d’Édouard Pelletan, son gendre, René Helleu, a pris la direction de la maison d’édition, et publie, en 1915, la Colline inspirée, de Maurice Barrès. Il s’agit d’un fort volume in 8°, de 16,5 cm sur 24 cm, de 416 pages. Il est imprimé par l’Imprimerie Nationale, l’achevé d’imprimer étant daté du 12 septembre 1915 « date anniversaire de la victoire de la Marne« .

Le livre est illustré de quarante-huit « paysages lorrains » de Colin, tirés en noir. Le tirage est de 550 exemplaires, plus 30 de présent :

  • un exemplaire, sur Whatman, contenant tous les originaux, plus une double suite, sur japon et sur chine ;
  • 25 exemplaires sur japon à la forme, contenant une suite sur chine, vendus 250 francs ;
  • 30 exemplaires sur chine, vendus 100 francs ;
  • 494 exemplaires, sur vélin du Marais, vendus 40 francs.

 

Paul Émile Colin – Les Routes de la Grande Guerre – PE COLIN Bourg la Reine, 1917

C’est le second in-folio de Colin. C’est la première fois que Colin utilise une autre technique ; en effet l’illustration est composée de lithographies et de bois. Le tirage est de 140 exemplaires :

  • 2 exemplaires sur Whatman, non mis dans le commerce ;
  • 20 exemplaires sur japon, avec une suite des bois sur chine, vendus 500 francs ;
  • 138 exemplaires sur vélin d’Arches, vendus 200 francs.

3af18-r2-iverny

 

André Fribourg – Croire. Histoire d’un Soldat – Payot, 1917

Ce petit livre, de 255 pages, au format 12 cm sur 19 cm, est illustré d’un frontispice par Paul-Émile Colin. C’est le premier livre de ce genre, mais pas le dernier.

fribourg_croire_colin

Maurice Barrès – Colette Baudoche – Crès, les Maîtres du Livre, 1918

Second livre de cette série.

Rudyard Kipling – Nouveaux Contes Choisis – Crès, les Maîtres du Livre, 1919

Autre titre de cette série..

Léon Tonnelier – Images de mon pays – Crès, 1919

Ce livre est bien édité par Crès, et bien illustré uniquement d’un frontispice de Colin ; mais il ne fait pas partie de la Collection des Maîtres du Livre  – il s’agit d’une publication plus populaire, au même format, comportant seulement 58 pages ; il est vendu 3 francs.

Albert Samain – Aux flancs du vase – Crès, les Maîtres du livre, 1919

Autre titre de cette série..

Pierre Mille – L’Inde en France – PE COLIN Bourg la Reine, 1920

Il s’agit du troisième in-folio de Colin. Le tirage est de 120 exemplaires :

  • un exemplaire sur japon ancien pour l’auteur,
  • dix exemplaires sur japon,
  • cent neuf exemplaires sur Whatman.

3ccfc-i3-astiquage

François de Curel – L’ivresse du Sage – Crès, 1921

Ce livre, bien qu’édité par Crès, ne fait pas partie des maîtres du Livre, mais d’une autre collection : le Théâtre d’Art. Au format in 12 (15 cm sur 20,5 cm), de 230 pages, il est tiré à 1950 exemplaires :

  • 25 exemplaires sur vieux Japon impérial ;
  • 25 exemplaires sur chine ;
  • 1900 exemplaires sur vélin de Rives.

colin_ivresse_sage

L’illustration se compose d’un frontispice, tiré sur fond jaune, et d’ornements (bandeaux, vignettes) sur bois.

Edouard Estaunié – Solitudes – Crès, les Maîtres du Livre, 1922

Autre titre de cette série. Le frontispice est de Paul-Émile Bécat ; Colin dessine des ornements.

Émile Verhaeren – les Forces tumultueuses – Crès, les Maîtres du Livre, 1922

Autre titre de cette série. Le frontispice est de Pierre Gandon ; Colin dessine des ornements.

Charles Guérin – le cœur solitaire – Crès, les Maîtres du Livre, 1922

Autre titre de cette série..

Stendhal- le rouge et le noir – Crès, les Maîtres du Livre, 1912

C’est le premier livre publié par Georges Crès, pour lequel Paul-Émile Colin donne un frontispice, ce ne sera pas le dernier. Ces livres sont publiés dans la collection les Maîtres du Livre, et appliquent tous la même formule : au format 13 cm sur 18,5 cm, ils sont tirés à 1500 ou 1600 exemplaires, dont 50 ou 60 sur grands papiers ; les exemplaires ordinaires sont vendus de 10 à 13 francs. Celui-ci comporte deux tomes – Paul-Émile Colin réalise le frontispice du tome 2.

Hippolyte Taine – Notes sur l’Angleterre – Crès, les Maîtres du Livre, 1923

Autre titre de cette série – avec une variante : le livre comporte deux tomes ; il comporte deux frontispices, en camaïeu.

colin_notes

Pierre de Nolhac – Poèmes de France et d’Italie – Lapina, 1923

Grand changement avec ce livre – il n’est pas édité par Crès, et c’est également la première fois que Paul Émile Colin réalise des bois en couleur. Le livre, de format 16 cm sur 22,5 cm, comporte 166 pages. Il est imprimé par Lapina, l’achevé d’imprimer étant daté du 6 septembre 1923.

Le tirage est de 1300 exemplaires :

  • un exemplaire réimposé sur japon ancien, contenant les originaux et une suite des bois décomposés, une suite sur chine et sur japon ;
  • un exemplaire réimposé sur japon contenant les crayons préalables, une suite des bois décomposés, une suite sur chine et sur japon ;
  • 15 exemplaires sur chine, contenant une suite des bois décomposés ;
  • 30 exemplaires sur japon impérial, contenant une suite des bois décomposés ;
  • 1253 exemplaires sur papier de Rives BFK
  • 25 exemplaires hors commerce.

nolhac_colin1
source : librairie Eppe

 

 

Jean Yole – les démarqués – les Médecins Bibliophiles, 1926

Il s’agit ici aussi d’une publication pour une Société de Bibliophiles. Le livre, de XII plus 218 pages, de 21 cm sur 29 cm, est illustré de bois tirés en noir. Le tirage est limité à 150 exemplaires.

yole_titre_frontispice
Source : vendeur johndoebooks*123, ebay

 

Georges Duhamel – la Pierre d’Horeb – Manuel Bruker, 1927

Ce livre, in 4° de 18 cm sur 26 cm, 238 pages, est illustré par de nombreux bois originaux de Paul-Émile Colin, tirés en camaïeu. Il est imprimé par Léon Pichon, pour le compte de Manuel Bruker, l’achevé d’imprimer étant daté du 14 mai 1927.

colin_pierre_horeb

Le tirage est de 416 exemplaires :

  • un exemplaire sur japon à la forme contenant les dessins originaux et diverses suites ;
  • quinze exemplaires sur japon à la forme avec les mêmes suites ;
  • trente exemplaires sur japon de Shidzuoka avec une double suite sur japon et sur chine ;
  • cinquante exemplaires sur vélin d’Arches contenant une suite sur chine ;
  • trois cents exemplaires sur vélin d’Arches,
  • vingt exemplaires hors commerce.

Docteur Lucien-Graux – la Colombe meurtrie, 1927

Ce livre, édité par l’auteur (se trouve à Paris, 6 rue de Ridder), est un in-12 de 14 cm sur 20 cm, comportant 68 pages ; il est imprimé par Léon Pichon, l’achevé d’imprimer étant daté du 9 juillet 1927. Il est illustré par un frontispice, deux bois in-texte et un cul-de-lampe, tirés en camaïeu, de Paul-Émile Colin.

colin_colombe

Le tirage est limité à 285 exemplaires :

  • 10 exemplaires sur japon ancien à la forme ;
  • 250 exemplaires sur vélin pur fil Lafuma ;
  • 25 exemplaires hors commerce.

 

Marguerite Audoux – Marie-Claire – Fayard, le livre de Demain, 1928

Cette édition populaire est illustrée par 21 bois originaux en noir de Paul-Émile Colin. Comme tous les livres de la collection, il s’agit d’un in-4° de 19 cm sur 24 cm, sous couverture jaune ; il comporte 126 pages. Il est imprimé par Louis Bellenand et Fils, à Fontenay-aux-Roses ; l’achevé d’imprimer est daté de juillet 1927.

colin_marie_claire

L’édition n’est pas limitée ; le livre est vendu trois francs cinquante.

Noël Clément-Janin – Séductions italiennes – René Kieffer, 1929

Ce livre, in 8° (22 cm sur 27 cm) de 121 pages, est illustré par la reproduction de vingt aquarelles de Paul-Émile Colin, contrecollées et bordées d’or, à pleine page – c’est le seul cas d’utilisation de l’aquarelle par Colin (pour un livre).

Le tirage est limité à 500 exemplaires sur vélin teinté de cuve ; il n’y a pas de grand papier.

séductions_1
Source : librairie Koégui.

 

collectif : Maurice Barrès, Emile Moselly, Léon Tonnelier, PE Colin, préface de Louis Bertrand – En Lorraine par sentiers et venelles – Metz, Paul Even, 1937

Ce livre est l’oeuvre de Paul-Émile Colin, qui en a écrit la plus grande partie (124 pages sur 154), et qui a naturellement produit toutes les illustrations. Il a ensuite cherché à l’étoffer, en demandant une préface à Louis Bertrand, et en reproduisant des textes de Barrès, Moselly, et des poésies de Léon Tonnelier.

colin_lorraine

Concrètement, il s’agit d’un in-4° (19 cm sur 28 cm) de 158 pages, imprimé par Paul Even à Metz ; il n’y a pas d’achevé d’imprimer.

Le tirage est de 275 exemplaires :

  • 1 exemplaire sur japon supernacré contenant tous les dessins originaux et deux suites, sur japon et sur chine ;
  • 20 exemplaires sur japon Hodomura contenant une suite sur chine ;
  • 229 exemplaires sur vélin d’Arches ;
  • 25 exemplaires hors commerce.

 

Pour les livres suivants je me contenterai de renvoyer à l’article qui en traite en détail :

img01_couverture_chasseur

Dion Chrisostome – Le chasseur ou Histoire Eubéenne – PE Colin Bourg la Reine, 1943

Ce livre a été tiré à :

  • 117 exemplaires, sur papier de Voiron, vendus 1000 francs,
  • 16 exemplaires de tête, sur Whatman ou Japon, vendus 5000 et 6000 francs.

Théocrite – Bucoliques – PE Colin Bourg la Reine, 1943

Le tirage est cette fois-ci de :

  • 120 exemplaires sur vélin de Voiron, toujours au prix de 1000 francs ;
  • 30 exemplaires sur vélin d’Arches, avec une suite des huit hors texte sur « japon blanc vergé très ancien mince », vendus 2000 francs ;
  • quatre exemplaires sur Whatman, avec deux suites, au prix de 6000 francs ;
  • un exemplaire pour l’auteur.

Longus – Daphnis et Chloé – PE Colin Bourg la Reine, 1945

Le tirage est légèrement différent :

  • 120 exemplaires sur vélin de Voiron ;
  • 30 exemplaires avec un dessin et une suite sur japon des hors texte ;
  • 20 exemplaires avec un dessin, une suite sur japon des hors-texte et une suite de toutes les gravures ;
  • un exemplaire sur japon ;
  • 12 exemplaires de présent. Ces derniers exemplaires, sur vélin de Voiron, sont diversement enrichis (dessins, suites, bois gravés).

Homère – l’Odyssée (chants V, VI et VII) – PE Colin Bourg la Reine, 1946

Le tirage est de 171 exemplaires :

  • 130 exemplaires sur vélin de Voiron ;
  • 40 exemplaires sur vélin d’Arches avec suites et dessin ;
  • un exemplaire sur japon ;
  • plus 15 exemplaires de présent.

Gérard de Nerval – Sylvie – PE Colin Bourg la Reine, 1946

Le tirage est de 171 exemplaires :

  • 130 exemplaires sur vélin de Voiron ;
  • 40 exemplaires sur vélin d’Arches avec suites et dessin ;
  • un exemplaire sur japon ;
  • plus les exemplaires de présent.img09_nerval_frontispice

Georges Sand – La Mare au Diable – PE Colin Bourg la Reine, 1947

Le tirage est de 171 exemplaires :

  • 130 exemplaires sur vélin de Voiron ;
  • 40 exemplaires sur vélin d’Arches avec suites et dessin ;
  • un exemplaire sur japon ;
  • plus les exemplaires de présent.

Paul-Émile Colin a maintenant 80 ans ; c’est son dernier livre.

 

les dernières productions de Paul-Emile Colin

En 1928, Paul-Emile Colin a 61 ans. Cette année-là paraît son dernier livre illustré ; à son habitude il a utilisé le bois gravé. Il s’agit de « Marie-Claire », de Marguerite Audoux, paru chez Fayard dans la collection populaire « Le Livre de Demain ».

En fait il ne s’agit pas de son dernier livre ; l’année suivante paraît « Les Séductions Italiennes », de Clément-Janin ; mais ce dernier est illustré d’aquarelles, une exception dans la production de Colin, fervent défenseur du bois gravé.

Après ces deux publications, Paul-Emile Colin va arrêter sa production bibliophilique, qui n’était pas bien importante : en 20 années, de 1907, année de parution des « Philippe », de Jules Renard, chez Pelletan, jusqu’en 1928, seulement 23 livres témoigneront de son talent. Encore cet ensemble comprend-il 9 livres publiés par Crès, dans la collection « Les Maîtres du Livre », dont l’ornementation est souvent assez réduite : un frontispice, quelques bandeaux.

Cette retraite sera interrompue une première fois en 1937, pour la parution du livre collectif « en Lorraine par sentiers et venelles », chez Paul Even, à Metz. Cette année-là, Colin a soixante-dix ans ; la retraite semble définitive.

Et pourtant…

Pendant la guerre, Paul-Emile Colin met en chantier tout une série de publications. Pour cette entreprise il se lance seul ; il a l’expérience de l’édition, ayant déjà publié lui-même « Chez Paul-Emile Colin, au Bourg La Reine », ses deux albums in-folio sur la Grande Guerre : « Les Routes de la Grande Guerre », en 1917, et « L’Inde en France », en 1920.

img01_couverture_chasseur

Dion Chrysostome, « Le Chasseur », Paul Emile Colin, 1943.

Il commence cette nouvelle série par un texte de l’Antiquité : « Le Chasseur, ou histoire Eubéenne », de Dion Chrysostome. L’ouvrage paraît en 1943. C’est un in-8, illustré par 57 bois gravés. Il a été tiré à 117 exemplaires, sur papier de Voiron, vendus 1000 francs, plus 16 exemplaires de tête, sur Whatmann ou Japon, vendus 5000 et 6000 francs. 1000 francs de 1943, cela donnerait plus de 200 euros maintenant, une belle somme, sans parler du prix des exemplaires de tête…

Le tirage est complété par trois exemplaires d’artiste, dont le premier comporte la totalité des bois gravés. Cette série complète des bois gravés a ensuite été séparée, une partie se retrouvant dans l’exemplaire de l’épouse de Paul-Emile Colin, Thérèse, avec cette dédicace : « à ma Thérèse chérie, cette première édition de guerre, en consolation ».

img02_dedicace_therese Dédicace de « Le Chasseur », de Paul Emile Colin à son épouse Thérèse.

L’examen des bois de cet exemplaire permet de voir le travail de Colin, qui a toujours été un graveur ; ce n’est pas de la gravure d’interprétation, mais bien de la gravure originale. Mais ici la gravure n’est pas faite sur bois de bout ; c’est une mince planchette de bois de fil. Certains bois ont été teintés, en blanc ou en jaune, pour leur lisibilité.

img03_bois_coloréBois gravé pour le Chasseur, coloré en jaune

img04_chasseurBois gravé pour le Chasseur, coloré en blanc

Toujours en 1943, Paul Colin poursuit ses projets en éditant les « Bucoliques », de Théocrite, qu’il illustre de 72 bois gravés. Le tirage est cette fois-ci de 120 exemplaires sur vélin de Voiron, toujours au prix de 1000 francs, auxquels il faut ajouter 30 exemplaires sur vélin d’Arches, avec une suite des huit hors texte sur « japon blanc vergé très ancien mince », vendus 2000 francs ; quatre exemplaires sur Whatmann, avec deux suites, au prix de 6000 francs, et un exemplaire pour l’auteur.

img05_bucoliques_frontispiceThéocrite, les Bucoliques, frontispice par Paul Emile Colin.

L’ouvrage suivant paraît après une interruption plus longue ; en 1945 Colin publie « Daphnis et Chloé », avec 41 gravures sur bois. Le tirage est légèrement différent : 120 exemplaires sur vélin de Voiron, 30 exemplaires avec un dessin et une suite sur japon des hors texte, 20 exemplaires avec un dessin, une suite sur japon des hors-texte et une suite de toutes les gravures, plus un exemplaire sur japon. Petite nouveauté, Colin ajoute 12 exemplaires de présent. Ces derniers exemplaires, sur vélin de Voiron, sont diversement enrichis (dessins, suites, bois gravés).

img06_daphnisBois gravé et tirage correspondant

L’année suivante paraît des extraits de « l’Odyssée », illustrés de 32 bois gravés. Le tirage est toujours de 171 exemplaires : 130 exemplaires sur vélin de Voiron, 40 exemplaires sur vélin d’Arches avec suites et dessin, un exemplaire sur japon, plus 15 exemplaires de présent.

img07_homere_dessinPaul Emile Colin, dessin original pour la grotte de Calypso.

img08_homere_grotteHomère, l’Odyssée, hors texte de la page 13 : la grotte de Calypso.

Cette même année 1946 paraît le volume suivant. Cette fois-ci Paul Emile Colin abandonne sa chère antiquité, qu’il a si bien illustrée les années précédentes. Le texte choisi est « Sylvie » de Gérard de Nerval. Ce volume sera suivi, en 1947, par « La Mare au Diable », de George Sand. Le tirage sera toujours de 171 exemplaires (130 sur vélin de Voiron, 40 sur vélin d’Arches, un exemplaire de tête) plus les exemplaires de présent. Ces deux textes ne sont certes pas des classiques de l’Antiquité ; mais on voit bien ce qui a pu justifier le choix de Paul-Emile Colin…

img09_nerval_frontispiceFrontispice de « Sylvie », de Gérard de Nerval, Paul Emile Colin, 1946.

« La Mare au Diable » est le dernier travail de Paul Emile Colin. Il a maintenant 80 ans, et mourra deux années plus tard dans sa maison de Bourg-la-Reine, au côté de son épouse Thérèse.

Dans toute cette partie de sa production, concentrée sur quelques années, Paul-Emile Colin a choisi des textes correspondant à ses thèmes favoris : la nature, le travail agricole, l’homme dans son environnement, en résumé, l’âge d’or. Le traitement est moins lyrique et moins théâtral que dans les grandes réalisations faites pour pelletan, ou pour ses deux albums in-folio ; c’est une contrainte du format choisi ici, un format in-8°. Dans cette série également, il met en scène nettement plus de personnages que dans ces réalisations des années 1910, dans lesquelles la nature était souvent vide. Ici il retrouve, à une échelle plus réduite, la verve montrée dans l’illustration des « Philippe », en 1907.

 

les in-folio de Paul Emile Colin

Gravure et bibliophilie: les in-folios de Paul-Emile Colin, graveur et peintre français.

Paul-Emile Colin est né le 16 août 1867 à Lunéville. Il commence à Nancy des études de médecine, qu’il termine à Paris. Son diplôme obtenu, il s’installe en 1893 dans un petit village, qui correspond mieux à son tempérament que la grande ville, Lagny-sur-Marne.

Depuis longtemps il s’est découvert une passion : le dessin, puis la gravure, principalement la gravure sur bois. Cette passion est toujours présente. Il va la pratiquer, en autodidacte (qui a tout de même fait le voyage au Pouldu, auprès de Gauguin), et va perfectionner une technique nouvelle : la gravure au canif, sur bois de bout (ou « bois debout »). Dans ce sens, les fibres du bois ne contrarient pas le geste du graveur, le bois est plus dur, mais le trait plus vif, plus précis.

Il expose ses productions régulièrement, et Edouard Pelletan, jeune éditeur qui apporte un renouveau au livre de bibliophile, inconditionnel de la gravure sur bois, le remarque, et lui offre d’illustrer l’édition 1902, parue en 1904, de son Almanach du Bibliophile.

Dans sa préface, Edouard Pelletan vante les qualités du « Dr Colin » : la sincérité, la volonté, l’émotion, loin du travail virtuose, mais sans âme, de faiseurs plus renommés qu’il ne nomme pas, et lui prédit un grand avenir.

Cette édition de l’Almanach, dont le thème est la Terre, renferme des textes d’Anatole France autour d’Hésiode.

Justement, par une bizarre coïncidence, ce texte d’Hésiode, revisité par Anatole France, qui donne l’occasion de la première publication d’œuvres de Paul-Emile Colin par Edouard Pelletan, sera également son dernier livre publié, dix années plus tard, de nouveau illustré par Colin.

Colin a abandonné la médecine en 1899 et se consacre entièrement à la gravure, principalement la gravure sur bois, dont il devient rapidement un maître reconnu. Il illustre également certaines éditions, toujours d’Edouard Pelletan, auquel il est fidèle : les Philippe, de Jules Renard, en 1907, les Poèmes du Souvenir, d’Anatole France, en 1910, avec Pierre-Eugène Vibert, notamment.

Dix Aspects de la Lorraine

P.E. Colin, « dix aspects de la Lorraine, suite de 10 gravures sur
bois originales accompagnées d’un texte de Maurice Barrès », Pelletan, 1914.

Bien qu’installé en Ile de France, Colin reste attaché à sa région natale, la Lorraine. Il lui consacre en 1914 une première publication exceptionnelle : « Dix aspects de la Lorraine», éditée par les éditions Pelletan, maintenant dirigées par René Helleu, son gendre, naturellement.

C’est effectivement un livre exceptionnel : ici le graveur n’illustre pas un texte préexistant, c’est l’inverse : un choix de textes de Maurice Barrès « accompagne » les dix gravures de l’artiste à l’origine du projet. En fait, c’est plus un album qu’un livre.

P.E. Colin, gravure numérotée 126,5cm x 16,5cm, la colline de Sion-Vaudémont.

La première de ces gravures présente un site emblématique de la Lorraine : la colline de Sion-Vaudémont, que justement Maurice Barrès met en scène au même moment dans « la Colline Inspirée ». Et Helleu publiera l’année suivante une édition de ce roman, illustrée par Paul-Emile Colin. Il n’est pas anodin de relever que l’achevé d’imprimer en est daté du 12 septembre 1915, « jour anniversaire de la victoire de la Marne ».

PE.Colin, gravure numérotée III, 29,5cm x 16cm, Nancy. Ou une certaine vision de la ville…

Les neuf autres gravures présentent des aspects très variés de la Lorraine : ses villes (Nancy, Metz, Bar-le-Duc), un autre site emblématique (Vaucouleurs), mais principalement des vues campagnardes (Desseling, Liverdun, Martaincourt (sic, pour Martincourt), Jaulny, les Lacs des Vosges). Même les vues de villes sont rurales, à part Bar-le-Duc ! C’est que Paul-Emile Colin est essentiellement attiré par la nature, et surtout pas par les paysages urbains.

PE. Colin, gravure numérotée IV, 22cm x 17 cm : Metz.

Cette publication est d’un format inhabituel : c’est un in-folio de 42cmx32cm, présenté dans un portefeuille de toile grise, à rubans, de format 44cmx35cm.

Les gravures de format variant de 22cmx14cm à  27cmx18cm, sont tirées sur un papier de format allant 30cmx24cm à 37cmx25cm, sont montées sur papier à dessin brun foncé.

Le tirage est très réduit : 15 exemplaires sur japon, et 45 exemplaires sur vélin d’arches, plus 5 épreuves réservées à l’artiste, et un jeu de fumés pour l’éditeur.

Cet album est le premier d’une mini-série, qui sera poursuivie par Helleu en 1919, avec la parution de « dix paysages de l’Yveline » (voir cet article), suite de dix gravures sur bois en noir et en camaïeu de Pierre-Eugène Vibert, accompagnées d’un texte de Paul Fort. Un troisième album, de Perrichon, « la Seine aux confins », accompagné d’un texte d’Anatole France, était annoncé, mais il n’a semble-t-il pas paru.

La Bataille de l’Ourcq

PE Colin, les Routes de la grande guerre – la bataille de l’Ourcq – vingt-deux lithographies accompagnées d’un texte de l’artiste », Chez l’auteur, Bourg-la-Reine près Paris, sans date (1917).

A la déclaration de guerre, Paul-Emile Colin qui a quarante-sept ans, se porte volontaire et sera affecté en tant que médecin auxiliaire des armées à Sceaux. L’année suivante il sera employé par l’armée comme dessinateur, sur les théâtres des grandes batailles de 1914 : la fameuse bataille de la Marne, et son premier épisode, la bataille de l’Ourcq, qui s’est déroulée du 5 au 10 septembre 1914.

Il va alors réaliser une série de gravures au moyen d’une technique inhabituelle chez ce porte-drapeau de la gravure sur bois : la lithographie.

Carte d’état-major. Les traits rouges sont les positions allemandes.

Il publie en 1917 un album, grand in-folio, de vingt-deux lithographies des principaux sites de la bataille, sous le titre « Les Routes de la grande guerre. La bataille de l’Ourcq ».

Les lithographies sont accompagnées d’un texte de Paul-Emile Colin lui-même, dans lequel il explique chacune de ces gravures, et donne des indications sur la bataille, grâce aux témoignages qu’il a recueillis auprès des habitants. Ces explications sont renforcées d’une carte d’état-major de la bataille, indiquant les positions allemandes (tranchées, batteries) et les points de vue correspondant aux lithographies.

PE Colin, première lithographie de l’album : Iverny, 35cmx17,5cm

La première de ces lithographies n’est pas choisie au hasard ; il s’agit du site d’Iverny, et Paul-Emile Colin rappelle que ce paysage est celui qui a vu mourir Charles Péguy le 5 septembre 1914, au premier jour de la bataille. Péguy, qui habitait Bourg-la-Reine, l’adresse de Paul-Emile Colin dorénavant.

Comme pour le premier album, ici les lithographies priment, et le texte de Colin vient seulement mettre en perspective les gravures.

PE Colin, bois en deux tons : Frontispice. Légende : Par leur sacrifice. Vers plus de lumière.

Le texte d’accompagnement est orné de cinquante-sept bois, en-têtes, bandeaux, et lettrines, en deux tons. L’album, de format grand in-folio (37,5cmx33cm) est présenté sous une couverture violine, dans un portefeuille à dos de maroquin, de format 48cmx34cm.

Il est édité directement par Paul-Emile Colin, « 24 Passage Latéral, Bourg-la-Reine, près Paris », et paraît début 1917. Le tirage en est à peine moins restreint que pour le premier album sur la Lorraine : 20 exemplaires sur Japon, avec les lithographies avec remarques et une suite des bois tirée sur chine, au prix de 500 francs, et 138 exemplaires sur vélin, d’Arches, au prix de 200 francs. 2 exemplaires sur Whatman, non mis dans le commerce, comportent les dessins de l’auteur, les suites des bois, sur japon et sur chine, et les lithographies tirées sur papier ancien. 5 collections d’épreuves d’essais sur vélin, et 6 suites des bois sur japon sont proposées à 300 francs.

Fin du premier texte : le Pays. Bois gravé : le château de Crouy.
L’album paraît donc en pleine guerre, et le ton des commentaires de Paul-Emile Colin, qui a participé de loin à ces événements, est logiquement très patriotique, non dénué d’emphase. Voici la dernière phrase du texte :
« On est soulevé d’un grand souffle de fierté, quand on pense au magnifique témoignage de notre force et de notre résolution que nous avons donné au monde. Nous avons vraiment lutté et souffert au delà des forces humaines. Chassés des bords de l’Ourcq, les Allemands se seront demain de toute notre terre de France
QUI NE S’ARRETERA QU’AU RHIN. »
PE Colin, lithographie 8, 30cmx18cm : les bois de Penchard. 
La stèle signale une tombe musulmane, le poteau avec le losange noir une tombe allemande.
Mais l’auteur reste mesuré. Plusieurs de ses lithographies présentent des sépultures, et notamment des sépultures allemandes : simples poteaux noirs, avec un simple numéro d’ordre, bien sûr non fleuries. A aucun moment il n’accable l’ennemi, et évite de verser dans la propagande. D’ailleurs, il montre relativement peu de destructions, et présente plus volontiers des paysages arborés que des champs de ruines. C’est que la bataille qu’il présente n’est pas encore la guerre de tranchées destructrice des années suivantes, que nous avons spontanément en tête en évoquant cette guerre. C’est encore une guerre de mouvements, avec de vastes déplacements de troupes (et notamment les fameux taxis de la Marne), pour encercler l’ennemi, ou au contraire se dégager.
PE Colin, lithographie 21, 29cmx30cm : l’orme plaideur.
De nombreuses lithographies ne montrent d’ailleurs aucune scène guerrière. Par deux fois, il présente un orme majestueux, dont il nous dit qu’il a pu servir de guet. Mais bien sûr ici ce n’est qu’un prétexte pour Paul-Emile Colin, qui reste toujours attaché à ses sujets traditionnels.
PE Colin, lithographie 20, 32,5cmx20cm : Ary en Multien.

L’Inde en France

PE Colin et Pierre Mille, « L’Inde en France », chemise.
Après la guerre, Paul-Emile Colin publiera un troisième album de gravures, cette fois-ci accompagné d’un texte de Pierre Mille : « L’Inde en France ». Le sujet en sera la présence en France de troupes exotiques : le contingent indien des troupes britanniques.
L’album sera de nouveau de format in-folio (les feuilles mesurant 29cm x 28cm), présenté dans un portefeuille de format 40cm  x30cm. Il comporte huit grands bois, de format variable, environ 27cm x 18cm, et 24 bois en deux tons, dans le texte et sur le portefeuille. Ici le texte de Pierre Mille est plutôt didactique, et indépendant des gravures de Colin.
PE Colin, achevé d’imprimer. Bois supérieur : les ablutions. Bois inférieur : les paons ennemis.
Il paraît en 1920, le tirage comportant un exemplaire sur japon ancien, pour l’auteur, dix exemplaires sur japon et cent neuf exemplaires sur Whatman, et sera de nouveau édité directement par Paul-Emile Colin, au Bourg la Reine.
PE Colin, gravure 4, 26,5cm x 18,5cm : l’astiquage.
Les gravures, si elles donnent toujours la part belle au paysage, présentent un aspect plus inhabituel : le sujet principal en est toujours constitué par les soldats indiens, dans leurs différentes activités, assez peu guerrières : la vie au campement.
PE Colin, gravure 8, 28,5cm x 17,5cm : les deux amis.
Ce sera le dernier grand album publié par Paul-Emile Colin. Après la guerre, il voyagera beaucoup, s’essaiera à la couleur, ce qui donnera un livre illustré de bois en couleurs (Poèmes de France et d’Italie, de Pierre de Nolhac, en 1923, chez Lapina), puis un autre illustré d’aquarelles : les Séductions Italiennes, de Clément-Janin, en 1928, chez Kieffer. Clément-Janin, vieille connaissance : collaborateur et ami d’Edouard Pelletan, rédacteur du catalogue des œuvres de Paul-Emile Colin, chez Pelletan, en 1912, rédacteur du prospectus de l’album « les routes de la grande guerre »…
PE Colin, bois gravé sur le portefeuille : le mangeur d’hommes.
Mais l’essentiel de sa production « bibliophilique » est derrière lui. Si Colin continue une œuvre abondante (bois, aquarelles, huiles),  ses livres illustrés, qu’il édite directement, au Bourg-la-Reine, ne montrent plus le même lyrisme, la même empathie pour son sujet. Bien que de tirages réduits (171 exemplaires pour Daphnis et Chloé, en 1945, par exemple), ils sont beaucoup moins recherchés que sa production d’avant la première guerre mondiale.
Paul-Émile Colin décédera dans la nuit du 28 octobre 1949, à l’âge de quatre-vingt deux ans, avec son épouse, à leur domicile de Bourg-la-Reine, tous deux intoxiqués au gaz carbonique.