Pétrone et Anacréon.

Jérôme Doucet publie, en 1902 et 1903, une paire de deux petits ouvrages de luxe, composés de traductions de petits fragments attribués avec plus ou moins de certitude aux poètes Pétrone et Anacréon, traductions du grec et du latin, établies par lui-même.

Ces deux ouvrages sont publiés par l’éditeur Ferroud – André Ferroud,  ou plutôt son neveu François, qui en ces années-là dirige effectivement la maison d’édition – François, ami de Jérôme Doucet.

Formant pendant, les deux ouvrages ont des caractéristiques communes : il s’agit de deux plaquettes in-4°, de format 25cm x 17cm, comportant 48 pages. Elles sont illustrées de 8 compositions de Louis-Edouard Fournier : une petite vignette sur la couverture, répétée sur la page de titre, et 7 compositions en tête de chacun des 7 fragments traduits.

Les sept petits fragments sont précédés d’une introduction de Jérôme Doucet, de 8 pages, dans la numérotation pour le Pétrone, numérotées en chiffres romains pour l’Anacréon. Chaque fragment traduit est composé sur quatre pages : une page de titre, une page blanche, une page comportant la composition de Fournier, et sur la dernière page, la fin (éventuelle) du fragment.

Pétrone.

p_titre

Ce livre, le premier publié, est édité en 1902 – l’achevé d’imprimer est daté du 10 mai (1902), l’imprimeur étant A. Lahure, 9 rue de Fleurus à Paris. Les compositions de Fournier sont gravées à l’eau-forte par Xavier Lesueur.

Doucet a traduit sept fragments :

  • la crainte, mère des Dieux
  • à mon amie
  • les oreilles de Midas
  • l’inutile parure
  • épitaphe d’une chienne de chasse
  • la compensation
  • Pasiphaé

 

Doucet dédie son livre à son ami Jean Lorrain :

A
JEAN LORRAIN
intelligentiae arbiter
cet essai sur
TITUS PETRONIUS
elegantiae arbiter
est dédié
par
Son ami
J.D.

 

p_trois_legendes

La quatrième de couverture comporte une publicité de Ferroud pour le précédent livre de Doucet, publié par Ferroud : Trois légendes d’or, d’argent et de cuivre.

Le tirage est de 276 exemplaires répartis de la façon suivante :

  • 25 exemplaires sur papier du Japon contenant trois états des eaux-fortes dont l’eau-forte pure, l’eau-forte terminée avec remarque et une composition originale de L.-E. Fournier.
  • 50 exemplaires sur papier du Japon contenant deux états des eaux-fortes dont l’eau-forte avant la lettre.
  • 150 exemplaires sur papier du Marais, à la forme, avec les eaux-fortes avec la lettre, vendus 20 francs.

Plus 50 suites sur papier du Japon, eaux-fortes terminées avant la lettre avec remarque, tirées en sanguine, au prix de vingt francs.

Un exemplaire unique contenant tous les originaux est au prix de mille francs ; les exemplaires de tête sont indiqués à soixante-quinze francs, ce qui ne prend pas en compte la différence des deux tirages.

Les exemplaires en grand papier sont effectivement légèrement plus grands : 26 cm x 18,5 cm.

On trouve trace des exemplaires personnels de Jérôme Doucet et Marie Meunier, qui font partie des exemplaires de tête sur Japon – voir Bibiliothèque Doucet : Pétrone.

Anacréon.

a_titre

L’année suivante Ferroud publie le pendant – l’achevé d’imprimer est daté de septembre 1903. L’imprimeur est différent ; il s’agit cette fois de Ch. Hérissey, à Evreux ; les eaux-fortes sont tirées par Louis Fort à Paris. De même, la gravure est confiée à Edmond Pennequin.

Le livre est dédié à Angelo Mariani – producteur du fameux Vin Mariani (ce qui est indiqué pour un poète comme Anacréon) et éditeur des Figures Contemporaines – dans lesquelles le portrait de Jérôme Doucet apparaît cette année-là :

A
ANGELO MARIANI
cet essai sur
ANACRÉON DE TÉOS
Chantre du Vin
est dédié
J.D.

Les sept fragments traduits sont les suivants :

  • l’amour mouillé
  • son combat avec l’amour
  • l’amour captif
  • à une jeune fille
  • son ivresse
  • à sa maitresse
  • l’amour piqué par une abeille

a_int

Le tirage annoncé est de 226 exemplaires également :

  • un exemplaire unique contenant tous les originaux,
  • 25 exemplaires sur papier du Japon avec trois états des eaux-fortes, vendus 100 francs,
  • 50 exemplaires sur papier du Japon avec deux états des eaux-fortes, vendus 30 francs,
  • 150 exemplaires sur papier du Marais à la forme, avec un état des eaux-fortes, vendus 20 francs.

Plus 50 suites sur papier du Japon, eaux-fortes terminées avant la lettre avec remarque, tirées en sanguine, au prix de vingt francs. Le prix de l’exemplaire de tête est sans doute, comme pour Pétrone, de mille francs ; il a été acheté par Arthur Meyer et figure dans le catalogue de sa  bibliothèque.

Il existe un tirage non mentionné, hors commerce, composé de cinq exemplaires sur papier de chine, réservés aux collaborateurs de l’édition : l’auteur (deux exemplaires, pour lui et son épouse), l’éditeur, et sans doute l’illustrateur et le graveur – Voir Bibliothèque Doucet : Anacréon.

Les exemplaires sur grand papier (japon) sont au format 27cm x 18cm ; les exemplaires sur chine sont au format 26cm x 18cm.

Il existe des états supplémentaires des eaux-fortes, sur chine, japon ancien, en sanguine avec ou sans remarques. L’exemplaire offert par Doucet à Eugène Descaves contient ainsi quatre suites en plus de l’état avec la lettre.

a_suites
Anacréon : quatre états de l’eau-forte

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s