Bibliothèque Doucet : Trois légendes, d’or, d’argent et de cuivre.

Ce recueil de trois contes de Jérôme Doucet, illustrés par Georges Rochegrosse, et prépubliés dans la Revue Illustrée, a été publié par Ferroud en 1901.

Exemplaire de tête

Dans la vente des 19 et 20 janvier 1960 (collection Roy U. Wood) de la maison de vente Parke-Bernet à New York figurait le lot suivant :

roy.u.wood

160. DOUCET. JEROME. Trois légendes, d’Or, d’Argent et de Cuivre.With 23 illustrations by Georges Rochegrosse.

8vo, full chocolate brown crushed levant morocco, obverse side with a handsome inlaid design of olive morocco, outlined and tooled in blind, plain back cover, inner levant borders, gilt, gilt top, uncut, original wrappers and backstrip bound in. by RENE KIEFFER. Paris: Librairie des Amateurs. 1901 Printed throughout on Japanese vellum, in an edition of 350 copies. This copy was for the author, and hears his name in pencil on the limitation leaf.

Le catalogue ne donne pas d’estimation. A noter que cette vente intervient moins de trois années après le décès de Jérôme Doucet, en février 1957.

Je n’ai pas d’image de cette reliure, qui semble assez comparable aux autres reliures que René Kieffer a exécutées pour Jérôme Doucet : un plein maroquin doublé, couleur chocolat, avec motifs mosaïqués.

Exemplaire du tirage courant

Il existe un autre exemplaire, du tirage courant cette fois-ci qui pourrait avoir appartenu à Jérôme Doucet.

En effet il est relié en plein maroquin chocolat de René Kieffer, et contient deux lettres de Georges Rochegrosse à Jérôme Doucet, au sujet de ces contes, ainsi qu’une gravure hors toute justification, et un avant-propos inédit de Jérôme Doucet, qui éclaire le choix du titre du recueil.

Doucet aurait-il pu constituer cet ensemble, pour l’offrir à un proche ? l’avant-propos porte la mention « Pour Madame Tiarko Richepin« . Il s’agit sans doute de la première épouse de Tiarko Richepin,Maria Sauze, née en 1887. Tiarko, né en 1884, est le fils de Jean Richepin, ami de Doucet, pour lequel ce dernier a écrit une pseudo-préface à une petite plaquette publicitaire.

On peut dater cet ensemble des années 1908 (année du mariage de Tiarko Richepin et Maria Sauze) à 1912 (année de leur divorce), ce qui semble cohérent avec la reliure.

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Bibliothèque Doucet : Trois légendes, d’or, d’argent et de cuivre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s