l’Effigie, de Doucet, illustré par André Cahard

Exemple de la réutilisation d’un conte : l’Effigie.

le 15 juillet 1898, la Revue Illustrée publie un conte de Jérôme Doucet, l’Effigie. Ce conte est illustré par André Cahard, artiste qui a fait ses débuts dans la même Revue Illustrée trois années auparavant.

C’est une histoire allégorique, au schéma linéaire : un noble seigneur, entouré de courtisans serviles, méprise le peuple. Dérangé par des jeux d’enfants qui s »amusent dans la neige, et fabriquent un bonhomme de neige, il tire une flèche pour abattre le bonhomme ; la flèche, traversant la neige, vient frapper un enfant en plein cœur. Venu constater l’efficacité de son tir, le seigneur ne montre pas de remords. Le corps de l’enfant se lève, et maudit le seigneur : il ne vivra que tant que le bonhomme de neige sera debout.

Ce conte, très classique, est publié sur un cahier de huit pages, avec une page de titre, chose relativement exceptionnelle, sur un papier Draeger, utilisé pour les parties pouvant être séparées de la Revue. L’illustration est composée d’illustrations à demi page, avec des bordures rappelant les pratiques des manuscrits enluminés ; ces illustrations monochromes sont alternativement imprimées en vert et en noir.

La page de titre présente une grande vignette, surmontée du titre, et la mention « Conte par Jerome Doucet / Ornementation par Andre Cahard ». Les deux monogrammes JD AC sont insérés sous la vignette.

André Cahard (né en 1868 et mort en 1925), après avoir illustré, sur une assez longue période, « le Ballet à travers les âges« , de Paul Gruyer, a illustré plusieurs contes pour la Revue Illustrée, écrits par Jérôme Doucet – mais aucun de ces contes n’a été publié dans un recueil. Il a également illustré un conte de Jean Lorrain (La Princesse sous Verre) qui a connu un bien plus grand succès.

Ce conte ne sera donc repris dans aucune publication ultérieure. Pourtant Doucet ne l’oublie pas.

En effet, plus de vingt ans après, ce conte figure, transformé, dans un recueil de contes pour enfants : la légende des mois. Cette série de douze histoires, (comme les douze mois), est illustrée par Serge de Solomko, jeune artiste que Doucet a déjà fait travailler auparavant ; elle est publiée, fin 1921, par Hachette – mais a été écrite plus tôt (avant la Guerre), comme l’explique Doucet dans la préface du livre. Solomko, pour ce conte, donne un grand hors-texte, et trois vignette in-texte.

L’effigie est la première de ces douze histoires ; reprise sous le nom « l’homme de neige« . L’histoire est à peine transformée ; la chanson des enfants (c’est une vraie chanson traditionnelle, simplement citée par Doucet) est identique ; le changement majeur étant (bien sûr) que l’enfant touché par la flèche est sauvé par une gentille sorcière.

Quand papa Lapin mourra
J’aurai sa belle culotte
Quand papa Lapin mourra
J’aurai sa culotte de drap.

Autre petit point à noter : dans cette version l’enfant porte un nom : Artabil, nom que Doucet a déjà donné à un de ses personnages, pour le conte du même nom, publié en 1905 par Juven dans le recueil « Contes merveilleux ».

effigie_titre

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s