Doucet et Harry Eliott

La collaboration entre Doucet et Harry Eliott est particulière ; elle s’étend sur une période assez brève (de 1903 à 1910), mais est très dense : pratiquement un livre tous les ans…

Harry Eliott, de son vrai nom Charles-Edmond Hermet, est né en 1882 ; il est donc plus jeune que Doucet (né en 1865). Il se spécialise dans les illustrations « de style anglais », mettant en scène des gentlemen campagnards, des chasses à courre, qui sont très en vogue à ce moment ; d’où sans doute le choix d’un tel pseudonyme.

Monsieur Minns, Horace Sparkins

Le premier travail commun entre Doucet et Eliott est une édition de luxe : « Monsieur Minns, Horace Sparkins, esquisses humouristiques » (sic) ; l’auteur est Charles Dickens (ces récits ont été publiés en 1836 dans le recueil « Esquisses de Boz » ; Monsieur Minns est le premier texte de fiction de Dickens) « adaptés par F. de Monfrileux », le pseudonyme habituel de Doucet. C’est un in-8° « carré » (19cmx23cm) de 78 pages, publié par « Le Livre et l’Estampe« , l’éditeur dont Doucet a pris la direction en 1902.

1-minns-titre

Le tirage est de 60 exemplaires de tête sur vélin d’Arches, accompagnés d’un « dessin original » (une aquarelle), vendus 40 francs, et de 240 exemplaires sur vélin d’Arches, 20 francs.

1-minns-2

L’ouvrage est illustré de soixante-quatre reproductions des aquarelles de Harry Eliott, qui illustre également la couverture ; le papier employé est épais, le rendu des aquarelles n’en est que meilleur. Curieusement, la seule mention de Harry Eliott est sa signature sur la couverture… Le livre est imprimé par la S.A. Girardin à Versailles, achevé d’imprimé en septembre 1903.

1-minns-3

 Chasses extraordinaires

Ensuite, Doucet et Harry Eliott publient un album pour enfants, chez Félix Juven : « Chasses extraordinaires« . Matériellement, c’est un album in-4° de 8 feuilles, sous cartonnage éditeur rouge. l’album est constitué d’une alternance d’illustrations pleine page et de pages de texte. A noter que Doucet signe de son second pseudonyme « S. Pierrelée », et Hermet « Harry Elliot » avec 2 L et un seul T ; c’est une utilisation précoce de ce pseudonyme ; peut-être n’est-il pas encore bien figé…

Cet album est le jumeau d’un autre album de Doucet : « guerriers et Soldats« , illustré par Caran d’Ache ; les deux figurent dans la même publicité insérée pour les étrennes de 1909, dans la revue « Fantasio » (revue appartenant à l’éditeur Juven), ils sont affichés au prix de deux francs cinquante. Alors que « Guerriers et Soldats » se trouve couramment, « Chasses Extraordinaires » est rare ; peut-être à cause de son thème particulièrement collectionné, et peut-être aussi parce qu’à l’époque de sa parution Eliott ou Elliot n’était pas encore très connu.

En 1907 Doucet et Eliott s’inspirent de Dickens pour deux publications destinées à des publics très différents : un album pour enfants, chez Juven, « le petit neveu de Charles Dickens« , et un libre pour bibliophiles, chez Blaizot, « six belles histoires de chasse« .

Dans ces deux ouvrages, Doucet met en scène des personnages inspirés des « Papiers posthumes du Pickwick Club » : Snodgrass, Winckle, Tupman et Pickle (et non pas Pickwick) pour « le petit neveu« , Snodgrass, Burl, Pickwick et Pickle (qui est le narrateur) pour « six belles histoires de chasse« . Rappelons que ces personnages se nomment Pickwick, Snodgrass, Tupman et Winckle dans l’oeuvre de Dickens.

 le petit neveu de Charles Dickens

« Le petit neveu de Charles Dickens » est un album cartonné, au format in-4°, (24cm x 32,5cm), sous cartonnage rouge, de 64 pages, publié sous l’enseigne de la Librairie Félix Juven, 122 rue Réaumur, imprimé par la Semeuse.

Une traduction en néerlandais paraîtra l’année suivante, sous le titre « uit het land van Dickens » (« de la terre de Dickens »), traduit par Alida Marie Hildebrandt.

Il regroupe 6 histoires inventées par Doucet :

  • trop bon cœur,
  • pour une couronne,
  • pour faire peur,
  • le duel,
  • le mal mystérieux,
  • la partie de cheval

Ces histoires ont été publiées dans la Revue Illustrée, en 1905 et 1906 – elles étaient alors signées S de Pierrelée. A noter qu’ici aussi, l’orthographe des noms n’est pas encore bien fixée ; en témoigne le sommaire du numéro de février 2006 : « trop bon cœur », de Simon de Pierrellé, illustré par Harry Elliott

2-neveu-7
Simon de Pierrellé – Trop bon cœur. Illustrations d’Harry Elliott.

L’illustration comporte la reproduction des ravissantes aquarelles de Harry Eliott.

dickens1

Six belles histoires de chasse

« Six belles histoires de chasse » est comparable par le contenu, mais diffère largement par la forme. Il met en scène les mêmes personnages, dans six histoires humoristiques, dans lesquelles Pickle nous confie ses aventures de « chasse » vécues aux âges de dix, vingt, trente, quarante, cinquante et enfin soixante ans :

  • la chasse au lapin
  • chasse gardée !
  • la chasse à l’héritage
  • la chasse au coucou
  • la chasse à courre
  • la chasse au renard

Le livre est un grand in-8° de 18x28cm de 84 pages non numérotées ; chaque histoire comporte un faux-titre illustré, suivi de dix pages illustrées d’un ou plusieurs in-texte et d’un hors-texte (au total, 72 illustrations). La palette des couleurs est nettement plus restreinte ; outre le trait noir et un ocre, un rouge éclatant.

Ces histoires sont précédées d’un avant-propos (de Pickle) et suivies d’un sommaire sous forme d’une illustration pleine page.

Il est imprimé sur papier « Royal Melton » vert clair, très épais, la couverture rempliée étant d’un vert plus soutenu. Le tirage est de cinq cent cinquante exemplaires, dont cinquante exemplaires avec une suite sur chine en noir et un dessin original ; plus un exemplaire unique à grandes marges, comportant les soixante-dix dessins originaux, et tous les croquis (y compris les croquis des dessins réservés au tirage de tête).

Le livre est édité par A. Blaizot, éditeur, librairie Lecampion, 22 rue Le Peletier, et imprimé par l’Imprimerie la Semeuse, à Paris – il n’y a pas d’achevé d’imprimer.

 six grosses bouffées de pipe

L’année suivante le frère jumeau est publié par Blaizot : « six grosses bouffées de pipe« . La forme est identique : même format, même papier, cette fois-ci teinté en bleu « Wedgwood » ; même structure interne : six histoires, ornées d’in-texte et d’un hors texte, un sommaire sous forme d’une illustration pleine page, un avant-propos de deux pages – au total, 60 aquarelles. Le tirage est le même que pour « six histoires de chasse » : un exemplaire unique, 550 exemplaires dont les 50 premiers avec une suite sur chine, en noir, et un dessin original. Il est imprimé par l’Imprimerie de Vaugirard, à Paris, impasse Ronsin.

Cette fois-ci, l’inspiration n’est pas anglaise ; Doucet a été inspiré par un voyage effectué à Anvers, avec son épouse, Marie Thérèse Meunier, ainsi qu’il nous l’indique dans l’avant-propos. Est-il possible de reconnaître Doucet dans l’illustration de cet avant-propos ?

4-pipe-5

Les six histoires de ce recueil mettent en scène des personnages flamands des temps passés, et le ton est plus proche des contes habituels de Doucet, par exemple les Contes de la Fileuse :

  • Anton Wierix
  • Cornélius Dam
  • Tristram Brachs
  • Guillaume Van Deuvel
  • Peter Peterbroon
  • Jef Sambix

 Gentlemen

L’année suivante (1909), Doucet publie, toujours chez Blaizot, « Gentlemen« , qu’il signe, sur la couverture : « J. de Montfrileux, d’après Charles Dickens » – la page de titre portant « J. de Montrileux » – le F a sauté… Pour l’anecdote, la librairie Blaizot, sur son site, référence ce livre sous le nom de J. de Montrilleux – sans le F et avec 2 L. Apparemment l’orthographe des pseudonymes n’est pas une science exacte. Il s’agit de l’adaptation du chapitre 49 des Papiers posthumes du Pickwick Club : l’histoire de l’oncle du commis voyageur.

Ce livre diffère des deux précédents – les aquarelles de Harry Eliott sont reproduites sur papier couché, au format 6;5×7 cm, et contrecollées sur les pages. Le livre est un in-folio de petites dimensions (18×25,5 cm), tiré à 175 exemplaires sur Hollande, dont les 50 premiers avec une aquarelle originale ; plus un exemplaire unique. A noter que l’ouvrage n’est illustré que de 49 aquarelles.

Le livre est publié par A. Blaizot, libraire-éditeur, 26 rue Le Peletier, à Paris, et imprimé par l’imprimerie Herbert Clarke, 338 rue Saint Honoré à Paris.

C’est également le dernier livre sur lequel Harry Eliott et Jérôme Doucet travailleront ensemble. Mais ce n’est pas la dernière publication.

trop bon cœur

En effet, en 1910, Félix Juven (ou plutôt la SEP, Société d’Editions et de Publications) publie un volume in-12, de 13,5 cm sur 21,4 cm, de 135 pages : « trop bon cœur« , qui reprend le recueil « le petit neveu de Charles Dickens« . Les illustrations, reproduites en noir et blanc, sont limitées à deux in-texte et un hors texte par conte. Le livre est imprimé par l’imprimerie Taffin-Lefort, Paris-Lille.

 

Le Petit Monde, 1920-1921.

La revue pour enfants Le Petit Monde, de l’éditeur François Tedesco, publie certaines des histoires illustrées par Harry Eliott, éditées par Blaizot. Ainsi, dans le numéro de septembre 1921, nous trouvons ‘Tristram Brachs‘, édité sur deux pages et demi, avec la reprise de la quasi-totalité des dessins de Harry Eliott (à l’exception de la dernière illustration), imprimés en noir.

doucet_petit_monde_1

 

La plupart de ces livres sont rares – et certains sont recherchés ; leur cote est donc assez variable – quelques dizaines d’euros pour les albums de Juven (avec une prime pour les Chasses extraordinaires) – jusqu’à quelques centaines pour les tirages de tête des deux albums de Blaizot : six belles histoires de chasse et six grosses bouffées de pipe.

Publicités

2 réflexions sur “Doucet et Harry Eliott

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s