la grande douleur des sept artistes

En 1923, Jérôme Doucet publie un nouveau recueil de contes, pour adultes, dans la lignée de ceux qu’il avait publiés de nombreuses années plus tôt, comme les Princesses de Jade et de Jadis, repris l’année précédente dans les Princesses d’or et d’Orient.

douleur_couv

Ce nouveau recueil n’est pas d’une tonalité plus joyeuse que le précédent – il regroupe sept contes, mettant en scène sept artistes exerçant différents arts, auxquels il arrive des aventures assez affligeantes – toutes autour de la perte de l’être aimé ; perte souvent provoquée, malgré lui, par l’artiste et son exigence de perfection dans son art.

douleur_dedicace

Le recueil est précédé d’une dédicace, adressée à Georges Rochegrosse et Denys Puech :

Au Statuaire / Denys Puech

Au Peintre / Georges Rochegrosse

            Si le Destin, parfois, semble guider mes pas sur un autre chemin que le vôtre – et qui ne menait pas à Rome – du moins il ne put jamais désunir nos mains, ni dissocier nos pensées.

            Bien plus, hier, cruellement, il nous réunissait tous trois en même temps, dans la douleur, la grande, la plus grande, la seule grande douleur : la perte de notre Compagne.

            C’est pourquoi en souvenir de notre claire amitié, en mémoire de cette heure sombre, j’inscris vos noms sur la première page de ces Contes faits pour nous trois

 

La dédicace n’est pas joyeuse non plus ! elle mérite quelques explications.

puech_princesse_gagarine_stourdza_musée_puech
Denys Puech, la princesse Anina Gagarine-Stourdza peignant, Musée Puech.

L’épouse de Denys Puech, Anina Gagarine Stourdza, née le 1er juin 1865 (qui a donc le même âge que Jérôme Doucet) est artiste-peintre. Pendant la Guerre, elle fait office d’infirmière, et meurt d’une maladie (la grippe espagnole ?) contractée dans un hôpital le 14 avril 1918.

georges_marie_rochegrosse_marambat_toulouse_11avril2018
Georges Rochegrosse, Georges et Marie, vente Marambat, Toulouse, le 11 avril 2018.

L’épouse de Georges Rochegrosse, Marie Leblon, meurt à Alger, où le couple s’est installé, en janvier 1920.

doucet_fete_villepreux

L’épouse de Jérôme Doucet, Marie Meunier, meurt le 5 avril 1919.

 

le livre est illustré par Paul de Pidoll, artiste Luxembourgeois né en 1882 (il a donc déjà 40 ans) dont il s’agit d’un des premiers travaux. Paul de Pidoll est plus à l’aise dans l’ornementation que dans l’illustration proprement dite ; cela se sent dans cet ouvrage, et ce sera encore plus visible dans les collaborations suivantes entre Doucet et lui. A noter d’ailleurs que la page de titre indique « Ornementations de Paul de Pidoll ».

douleur_titre

le livre est publié par Lucien Gougy, Quai Conti, 5. Paris. C’est un ami de Jérôme Doucet. C’est le premier livre de Doucet officiellement publié par cet éditeur ; mais il avait déjà travaillé, l’année précédente, sur la réédition de la Mort au beau visage, ainsi que sur les Princesses d’or et d’Orient, deux ouvrages qui sont pourtant indiqués « à compte d’auteur ». Dans les années suivantes, ce genre de collaboration dans l’ombre se poursuivra…

doucet_gougy
Catalogue général de la Librairie française

 

Il s’agit d’un volume de format petit in-folio (24 cm sur 30 cm) de 96 pages non numérotées.

douleur_justif
faux-titre et justification. Cet exemplaire est offert par Lucien Gougy à l’éditeur Michaud.

Le tirage est de 658 exemplaires :

  • 8 exemplaires sur papier impérial du Japon avec deux suites des figures ;
  • 150 exemplaires sur papier d’Arches à la forme avec une suite ;
  • 500 exemplaires sur papier vélin.

La suite pour les exemplaires sur Arches est sur papier mince, en noir. les exemplaires sur vélin sont vendus 60 francs, les exemplaires sur japon 300 francs.

Le recueil regroupe les sept contes chinois suivants :

  • le noyau de mangue
  • les trois dragons
  • le bracelet de jade
  • la mort de la zibeline
  • la flamme sur la colline
  • l’urne de grès noir
  • les mains d’ivoire
douleur_table
dernière page du dernier conte, et table.

Le recueil est composé de la façon suivante :

  • une feuille non imprimée
  • une feuille portant la justification au verso
  • une feuille portant le faux-titre et la première gravure en couleurs
  • une feuille portant le titre
  • une feuille portant la dédicace et une gravure d’ornementation (en noir), se  rapportant au premier conte.
  • Pour chacun des six premiers contes :
    • une feuille portant le titre et une gravure en couleurs au verso (belle page)
    • cinq feuilles portant le texte ; le verso du dernier feuillet portant une gravure d’ornementation se rapportant au conte suivant.
  • Pour le dernier conte :
    • une feuille portant le titre et une gravure en couleur
    • quatre feuilles portant le texte.
  • une feuille portant la table
  • une feuille portant l’achevé d’imprimer.

Soit un total de 48 feuilles. Toutes les pages portent un fond bleu turquoise intense, avec une bordure, simple pour les pages non imprimées, beaucoup plus ornée pour les pages de texte. Le recueil compte huit gravures en couleurs, à pleine page, et quinze gravures d’ornementation, en noir, à pleine page, correspondant aux pages de titre des contes, et à la dernière page du conte précédent ; plus la gravure de la couverture, tirée sur papier et rempliée. Les gravures tirent parti du bleu du fond, du blanc laissé en réserve, du noir, et de l’or ; les gravures en couleurs utilisent le rouge et un vert pâle en plus.

douleur_acheve

Voici l’achevé d’imprimer :

Composé en Robur gras
de la Fonderie G. Peignot
et mis en pages avec les gravures
de la Maison Brun et Cie
par Charles Géhin, prote ;
tiré sur les presses de l’imprimerie
Georges Berland
par Henri Houvet, pressier,
cet ouvrage a été achevé d’imprimer
le 22 Novembre 1923.

Comme on le voit Géhin n’est pas le graveur, contrairement à ce que certains libraires indiquent.

Voici la reproduction des gravures insérées au début de chaque conte :

Voici quelques planches de la suite, dans laquelle les pages d’ornementation pure ne sont pas oubliées :

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s