Doucet à Clamart, nouveaux documents.

Doucet s’est fait construire une villa, à Clamart, qu’il a occupée quelques années avant de la céder, vers 1905, à Maurice Verdon, huissier auprès du tribunal civil de la Seine, qui habitait à Vanves.

La villa est située rue Gambetta, dans un nouveau quartier récemment loti, sur une parcelle tout en longueur ; ceci aura une influence certaine sur le plan de la maison, les dégagements latéraux étant très limités.

Doucet a comme voisin immédiat Gabriel Cromer, qui a fait construire en 1897 une maison-atelier, rue Cécile-Dinant, sur la parcelle contigüe. Cette villa est remarquable également, et possède notamment une spectaculaire grille de jardin.

Gabriel Cromer (né en 1837, mort en 1934) est photographe ; il collectionne les photographies anciennes, et essaie de créer un musée de la photographie ; mais ses efforts ne seront pas récompensés ; sa collection se trouve en grande partie hébergée par la Fondation Eastman.

Cromer, comme voisin, photographiera l’intérieur de la maison des Doucet ; une de ces photographies sera utilisée par Maurice Rheims pour illustrer son ouvrage « l’Art 1900 ».

IMG_3742 J. DOUCET a son bureau

Photographie utilisée par Maurice Rheims.

Cette photographie, restée dans la famille Verdon, fait partie d’une série qui nous donne un aperçu plus large de la villa Doucet.

31 rue Gambetta chambre principale

Voici d’abord la chambre à coucher, avec son mobilier d’origine. On devine des boiseries peintes en blanc ; une cheminée sur la gauche ; une fenêtre avec simili-carreaux. Une frise décorative, montrant un couple enlacé, court tout le long du haut des murs.

31 rue Gambetta Clamart la cuisine

Voici la cuisine, avec la cuisinière pesant ses ingrédients ; on devine que les murs sont recouverts de carrelage blanc ; un fourneau trône, les cuivres sont bien apparents.

 

31 rue Gambetta Clamart le Salon 1900

Le salon ; la cheminée de Louis Guigues est montrée dans son environnement – et le buste du même Guigues est visible selon un autre éclairage. Le mobilier est courant : une chaise avec dossier et assise en cuir repoussé, un petit meuble de style oriental. On devine des éléments de décoration plus raffinés sur les portes.

31 rue Gambetta Clamart salle de bain

La salle de bains, avec son mobilier fonctionnel ; les céramiques couvrent une grande partie des murs ; la baignoire trône sur une estrade , de nombreuses tuyauteries témoignent du confort particulier de cet aménagement.

Ces photographies, qui témoignent de l’intimité du couple Doucet, sont restées dans la famille de Maurice Verdon, qui a acheté la maison vers 1905.

Maurice Verdon n’est pas simplement le nouveau propriétaire de la maison ; c’est un ami de Doucet, et les relations entre les deux familles ne se sont pas limitées à cet achat.

En effet, en 1906 Doucet est le parrain du dernier enfant des époux Verdon : Colette Marie Thérèse, née à Clamart le 9 avril 1906, dans la villa de la rue Gambetta – Marie Thérèse étant les prénoms de l’épouse de Jérôme Doucet, Marie Meunier.

Poeme pour Colette VERDON

A cet occasion Doucet compose le poème suivant :

 Toast à la Jeune Baptisée

Marie-Thérèse et Colette,
Vous avez deux noms jolis
L’un sentant la violette
Et l’autre la fleur de lys.

Leur diversité parfaite
Vous sera d’un grand secours
L’un servira pour les fêtes,
Et l’autre pour tous les jours.

Quand vous serez grandelette,
Vous direz : « Il est permis
Que l’on m’appelle Colette
Lorsqu’on est de mes amis…

Aux autres : « Ne vous déplaise
– direz-vous – n’oubliez pas
que je suis Marie-Thérèse »,
Pour les mieux remettre au pas.

Et quand viendra – mal à l’aise
Demander – le cœur tremblant
La main de Marie-Thérèse,
Un beau jeune homme en gants blancs.

Vous pourrez doucet et simplette,
Pour apaiser son émoi,
Dire – appelez-moi Colette
Et puis surtout – aimez-moi

Pour l’instant – sans étiquette
Je bois – si vous permettez
Marie-Thérèse et Colette
A votre double santé.

3 juin 1906.

 

Nb : je dois ces documents et renseignements à l’obligeance d’une petite-fille de Maurice Verdon, fille de Colette, qui n’habite plus cette maison de son enfance.

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s